Paiement : la carte bancaire à reconnaissance d'empreinte digitale débarque en France

Le Groupement Cartes Bancaires va expérimenter au début de l'année prochaine une nouvelle carte bancaire biométrique, développée par Idemia. Pour valider un paiement, il suffit d'apposer son doigt sur la puce. Un système sûr, et qui ne nécessite pas de remplacer les terminaux de paiement.


Déjà utilisée au Japon depuis le printemps, la carte biométrique à reconnaissance d'empreinte digitale va faire ses premiers pas en France. Le Groupement Carte Bancaire a annoncé, lors du Forum CB, le lancement d'une expérimentation au début de l'année prochaine.


Les banques concernées gardent encore le secret. "Plusieurs milliers de cartes vont être distribuées, et selon le choix des banques, l'expérimentation durera entre trois et six mois", explique Patrice Meilland, senior vice président stratégie pour les activités institutions financières au sein d'Idemia.


C'est en effet cette entreprise qui a conçu la carte biométrique, un projet sur lequel elle a planché un peu plus de deux ans. "La technologie de reconnaissance était déjà au point, on la voie par exemple déjà sur des smartphones. Le challenge a été de la miniaturiser pour intégrer le capteur d'empreintes et le système de reconnaissance sur la carte", souligne Patrice Meilland.



Effectivement, la seule différence avec une carte bancaire classique est la présence d'un capteur, dans l'angle inférieur droit. L'utilisateur doit y poser le bout du doigt pour que la transaction soit confirmée. C'est lui qui choisit lequel il souhaite utiliser, mais l'usage montre que le pouce a la préférence car c'est le geste que l'on effectue instinctivement quand on veut saisir la carte. L'empreinte d'un second doigt est aussi enregistrée, pour ne pas se trouver sans moyen de paiement si jamais une coupure ou une brûlure empêchait la lecture des empreintes.


"L'enregistrement peut se faire soit dans une agence bancaire, soit par le biais d'une application sur le smartphone, ce qui permet aussi aux banques en ligne d'adopter cette carte", indique le responsable stratégie d'Idemia.


Renforcer la sécurité des paiements sans contact

Cette carte biométrique est compatible avec les terminaux de paiement actuellement utilisés. En effet pour valider la transaction, l'utilisateur place son doigt sur la cellule de reconnaissance, située dans la partie de la carte qui reste à l'extérieur de l'appareil. Toutefois, pour continuer à utiliser les distributeurs de billets qui avalent la carte lors de la transaction, la carte est également utilisable grâce à un code à quatre chiffres.


Pour les utilisateurs, cette carte se révèle simple à utiliser et offre une sécurité accrue. En cas de perte ou de vol mais pas uniquement. Elle permet aussi de sécuriser les transactions sans-contact, dont le seul pare-feu actuellement est de limiter le montant à 30 euros et à 10 transactions de suite.


Une aubaine pour les banques, qui vont pouvoir relever le plafond de NFC. " Le sans-contact a fait augmenter le nombre de transactions, cela devient naturel pour plein d'utilisateurs qui utilisent leur carte à la place de la monnaie. Et cela rejoint tout à fait la stratégie des banques qui veulent éliminer le cash", explique Patrice Meilland.


Reste une inconnue: le coût qui sera à charge pour les clients des banques. Le prix d'achat de cette carte biométrique est supérieur à une carte à puce classique, mais il n'est pas certains que les banques répercuteront cette différence. Car cela leur permet d'une part de faire des économies grâce à la diminution des sommes détournées par le vol et d'autre part, ce nouveau service augmente la satisfaction client.


La réponse ne serait tarder car l'arrivée de ces cartes pour le grand public est prévue pour le second semestre 2019.


Source: www.bfmtv.com



0 vue

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright