Numérique: transformation numérique des services publics, mais qu’en pensent les Français ?

Pour la troisième année consécutive, Ipsos a réalisé pour Sopra Steria une étude sur la transformation numérique des États. Objectif : mesurer et comparer le ressenti des Français, des Allemands, des Anglais et des Norvégiens vis-à-vis de la digitalisation des services publics.


Des usagers occasionnels et plutôt satisfaits des services publics numériques (surtout pour payer les impôts)

66% des Français estiment que les services publics numériques sont assez ou très avancés. Seuls les Norvégiens ont une meilleure perception de leurs services publics. En revanche, on note une légère baisse de la satisfaction des Français depuis un an. Dans la population, la perception est homogène : on n’observe pas de différence majeure entre les hommes et les femmes ou entre les jeunes et les seniors.


Globalement, les Français trouvent que les services publics sont au même niveau que les services privés sur le plan numérique, tandis que les citoyens des autres pays ont tendance à juger « en retard » leurs administrations par rapport aux entreprises. Mais les Français restent d’éternels critiques, puisque 30% estiment que « la France est moins avancée que ses voisins européens ». À ce sujet, ce sont les Norvégiens les plus honnêtes : 48% d’entre eux préfèrent répondre qu’ils « ne savent pas » plutôt que porter un jugement sur une situation qu’il ne connaissent pas.


84% des Français estiment que « l’État et l’administration ont développé de plus en plus d’outils et de services numériques » et 66% trouvent « qu’ils sont de plus en plus faciles à utiliser ». 73% n’y accèdent que très rarement, « une fois tous les 6 mois ou moins » et ils n’ont pas la même perception de tous les services publics numériques. Les mieux conçus sont la fiscalité, les impôts, la sécurité sociale et l’état civil – tandis que la santé, l’éducation, l’enseignement supérieur, la justice et la police sont les services publics les moins digitalisés selon les Français. À noter que les Anglais, les Norvégiens et les Allemands apprécient tout autant la digitalisation des impôts.


Le développement des services publics est une priorité, notamment pour la santé et les démarches récurrentes

Pour 70% des Français, le développement des services publics est une priorité. C’est moins que les Norvégiens (87%) et les Anglais (75%) mais plus que les Allemands (70%). Là aussi, on n’observe que très peu de différences de perception entre les différentes CSP, les classes d’âge et le statut. Les Français, les Anglais et les Norvégiens estiment que c’est le secteur de la santé qui doit être la priorité (avant l’emploi et l’état civil pour les Français). Les démarches en ligne récurrentes doivent aussi être facilitées, notamment le renouvellement des papiers d’identité.



La mise en place d’un guichet numérique unique et l’accès à un compte citoyen en ligne est jugé prioritaire par les Français – mais dans le même temps, cette centralisation numérique des données inquiète les répondants, qui craignent que « d’autres personnes accèdent aux données personnelles ». Autre frein à l’usage du numérique pour les démarches administratives, la formation : près de 1 Français sur 2 a besoin d’accompagnement pour l’utilisation des services numériques.



Pour mettre en place ces innovations numériques, les Français sont ceux qui ont le plus confiance en leur gouvernement. 46% estiment qu’il « a la volonté de faire avancer les choses et qu’il y parviendra », tandis que seuls 16% des Allemands partagent cet optimisme. En revanche, beaucoup craignent que le numérique « rende l’accès aux services publics plus difficile voire impossible pour certaines personnes » et qu’il pose des problèmes d’adaptation pour certains agents publics.

Source: www.blogdumoderateur.com


342 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright