Technologie: Yogosha, la startup qui traque les failles informatiques

Yogosha : une jeune pousse qui met en relation les entreprises souhaitant renforcer la sécurité de leur système informatique avec une communauté de white hackers.


Baptisée Yogosha, la nouvelle startup spécialisée dans le Bug Bounty vise à connecter une communauté de white hackers aux entreprises de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) souhaitant identifier les bugs présents dans leurs systèmes et renforcer leur cybersécurité tout en maitrisant les coûts liés à ce service.


Cofondée fin 2015 par le marocain Yasser Kazar et le français Fabrice Epelboin, la jeune pousse implantée en France compte faire du Maroc son QG pour la conquête du Moyen-Orient et de l’Afrique. Portrait…


Le Bug Bounty : d’une logique de moyens à une logique de résultats

Yogosha est portée par une équipe de six collaborateurs et un réseau de chercheurs, d’ambassadeurs et de partenaires internationaux. Elle conçoit son offre autour du concept de Bug Bounty : il s’agit d’un accord passé par les entreprises avec le réseau Yogosha proposant une rétribution à ces derniers lorsqu’ils rapportent des failles de sécurité et des vulnérabilités en lien avec leurs systèmes. L’équipe de Yogosha n’est donc rémunérée que pour les bugs découverts, au résultat.


« On passe d’une obligation de moyens à une obligation de résultats, d’un diagnostic ponctuel à un audit continu, d’une mission contractée dans un cadre formel à un service qui peut s’interrompre et reprendre à tout moment et dont on peut modifier le périmètre de recherche à volonté », explique Yasser Kazar, cofondateur. La rémunération des hackers varie selon les clients mais également en fonction du nombre de failles détectées. « Une campagne de Bug Bounty minimale requiert une enveloppe budgétaire de 10 000 euros », explique Yasser Kazar.


La région EMEA avec un focus sur le Maroc et la France

Yogosha compte déjà une vingtaine de clients « répartis en deux catégories : grands comptes et start-up ou éditeurs de logiciels B2B », explique Yasser Kazar. Pour développer son chiffre d’affaires, Yogosha mise surtout sur la région EMEA avec un focus sur le Maroc et la France.


La jeune pousse est par ailleurs soutenue par le programme de reprise Hewlett Packard Entreprise (HPE) qui lui permettra d’accélérer son développement et de bénéficier de l’accompagnement d’experts. La jeune startup a également obtenu le label Maroc Numeric Cluster décerné l’établissement éponyme à gouvernance mixte public-privé, qui regroupe l’Etat et les grandes entreprises et acteurs du secteur informatique.


Source: www.ecomnewsmed.com

10 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright