Automobile : Renault compte fusionner avec Nissan et envisage une offre sur Fiat Chrysler

Renault souhaiterait relancer dans les 12 mois les discussions avec son partenaire Nissan en vue d'une fusion, avant de tenter d'acquérir un autre constructeur automobile qui pourrait être Fiat Chrysler, rapporte mercredi le Financial Times, en citant des sources proches des différentes parties.


Selon le quotidien britannique, la récente création d'un nouveau conseil opérationnel de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, dirigée par le président de Renault, Jean-Dominique Senard, a renforcé le sentiment que les deux parties peuvent faire avancer leur projet de fusion.


Le nouvel ensemble chercherait ensuite à acquérir un autre constructeur automobile, avec Fiat Chrysler parmi les cibles privilégiées, afin de gagner en taille et de mieux lutter pour la suprématie mondiale face à Volkswagen et Toyota.


"Cette intention marque le retour aux audacieuses stratégies élaborées par Carlos Ghosn, ancien directeur général de Renault et président de Nissan, jusqu'à son arrestation à Tokyo en novembre dernier pour malversations financières", indique le Financial Times.


Deux personnes proches du dossier ont rapporté au quotidien que Carlos Ghosn avait discuté d'une fusion entre Renault et Fiat Chrysler "il y a deux ou trois ans". A l'époque, le gouvernement français s'était opposé à une telle opération.


Le Financial Times a également rappelé que Fiat Chrysler poursuivait sa recherche active de partenaires, son président John Elkann ayant rencontrés plusieurs de ses concurrents, dont le constructeur français PSA, dans le but de se renforcer.


Parallèlement à ces velléités de rapprochement, les constructeurs de l'Alliance auraient également l'intention d'annoncer un nouveau plan stratégique d'ici à la fin de cette année, selon le Financial Times. Les objectifs actuels de ventes et de synergies de ventes seraient alors mis de côté.


Le plan stratégique actuel de l'Alliance, à horizon 2022, prévoit des ventes annuelles cumulées de 14 millions de véhicules et des synergies annuelles supérieures à 10 milliards d'euros.


Renault détient actuellement 43,4% du capital de Nissan qui de son côté possède 15% du capital du constructeur français et 34% de celui de Mitsubishi.


Contacté par l'agence Agefi-Dow Jones, un porte-parole de Renault n'a pas souhaité commenter ces informations. Personne n'était disponible pour réagir dans l'immédiat chez Nissan et Fiat.


Source: www.investir.lesechos.fr

3 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright