Archéologie: le premier Homos Sapiens connu était Marocain !

Au Maroc, la découverte des restes de cinq individus datant d’environ 315 000 ans, donne à l'homme un "coup de vieux " de 100 000 ans. Tout les regards du monde scientifique sont tournés vers le site de Djebel Irhoud.


Des restes d’Homo sapiens qui ressemblent à l’homme d’aujourd’hui ont été mis au jour au Maroc, et datés de 300.000 ans. La découverte a été faite sur le site de Jebel Irhoud, situé à 100 km à l’ouest de Marrakech, et à 50 km de la ville de Safi. C'est grâce une équipe internationale composée de français, de marocains et Allemands que cette révélation a pu être dévoilée.


Les équipes scientifiques

Depuis la découverte d'un crâne en 1961 (et qui a été minutieusement conservé par le musée de Rabat), les recherches sur le site de Jebel Irhoud ont permis d’exhumer un grand nombre d’outils et des restes humains appartenant à plusieurs individus (2 adultes, 2 enfants).


En 2004, avec son ancien collègue du laboratoire d’anthropologie de Bordeaux, Abdelouahed Ben-Ncer, Jean-Jacques Hublin décide de se concentrer sur Jebel Irhoud : grâce à son institut de Leipzig , il finance l'enlèvement de 200 mètres cubes de blocs de pierre, ce qui permettra d'entamer les fouilles. D'après M. Ben-Ncer, c'est « ce qui coûte le plus cher en archéologie ».


Les fossiles humains ont été découverts par la méthode de thermoluminescence, grâce à une équipe codirigée par le professeur Abdelouahed Ben-Ncer de l’Institut national d’archéologie et du patrimoine de Rabat (INSAP), ainsi que par le professeur Jean-Jacques Hublin (à la tête de l'Institut Max-Planck d’anthropologie évolutionniste de Leipzig et Collège de France).


Le Maroc: berceau de l'humanité ?

Lorsqu’on remonte à 300.000 ans, l’Afrique était verte, le Sahara était absent, et il n'existait pas de frontière géologique: «On considérait l’Afrique de l’Est comme une sorte d’éden de l'Homo sapiens. Cet éden s’est déplacé au Maroc», affirme Abdelouahed Ben-Ncer.


Cela induit qu'il y a pu avoir des " connections entre groupe humains, qui échangent des gènes par métissage, et des éléments culturels", selon Jean-Jacques Hublin.


Cette découverte majeure attire des scientifiques de partout dans le monde, notamment les anglo-saxons qui sollicitent les équipes marocaines. Cependant, M.Hublin rappelle que cette découverte, bien que majeure , n'est pas définitive, d'autres restes pourront être découverts à l'avenir, et révéler que l'homo sapiens est en fait bien plus vieux: « Notre idée est qu’en fait, l’émergence de l’homme moderne est plus ancienne encore, et qu’il s’agit d’un phénomène panafricain », explique t-il.


Source: www.ecomnewsmed.com

12 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright