Le paracétamol devra être produit en France d'ici trois ans, annonce le gouvernement

La France et l'Europe s'inquiètent pour leur souveraineté sanitaire, alors que 80% des substances utilisées pour des médicaments dans l'UE proviennent essentiellement d'Inde et de Chine.



Après la crise du coronavirus et les pénuries constatées dans le domaine de la santé, la France veut renforcer sa souveraineté sanitaire. Comme l’avait suggéré Emmanuel Macron en début de semaine, la France veut contrôler sur son sol l’ensemble de la chaîne de production du paracétamol d’ici trois ans, ont annoncé ce jeudi les ministères de l’Économie et de la Santé.


“Des travaux sont ainsi engagés avec Seqens, Upsa et Sanofi pour que, d’ici 3 ans, la France soit en mesure de reproduire, conditionner et distribuer du paracétamol”, précise un communiqué conjoint de la secrétaire d’État auprès du ministère de l’Économie Agnès Pannier-Runacher et du ministre de la Santé Olivier Véran.


Macron veut relocaliser “certaines productions critiques” de santé en France


“Il n’est pas normal que l’Europe ne produise pas le moindre gramme de paracétamol et que la Chine concentre 80% de la production mondiale d’antibiotiques”, avait déjà mis en garde la diplomatie européenne en milieu de semaine.


Un appel européen à la souveraineté sanitaire


Cette décision intervient en effet dans la foulée de la pandémie de Covid-19 qui a mis en lumière l’étroite dépendance de la France et de ses voisins européens vis-à-vis de ses fournisseurs (asiatiques notamment) en matière de médicaments et de fournitures médicales.


L’Europe devra tirer les leçons de la crise du nouveau coronavirus en assurant son “autonomie stratégique” dans des secteurs clés comme la production de médicaments, qui impliquera de constituer des stocks, voire de relocaliser la production, a estimé mercredi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.


Actuellement, 80% des substances actives utilisées pour des médicaments dans l’UE proviennent de pays tiers, l’Inde et la Chine concentrant à elles seules 60% des sites, selon un rapport du Sénat français consacré à la question en 2018.


En pleine crise sanitaire, la vente de paracétamol, recommandée pour combattre les symptômes dus au coronavirus, avait été restreinte en pharmacie et suspendue sur internet sur ordre de l’Agence du médicament (ANSM).


Source: www.huffingtonpost.fr


47 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright