google.com, pub-9207552996168204, DIRECT, f08c47fec0942fa0
top of page

L’Europe lance un examen accéléré pour la pilule anti-covid de Merck

L’Agence européenne des médicaments vient d’annoncer l’examen accéléré de la pilule anti-covid de Merck.



Face au virus de la Covid-19, la vaccination est le premier dispositif médical permettant de protéger les populations, que ce soit au niveau de la gravité de la maladie, ainsi que le risque d’hospitalisation et de décès.


Pour lutter contre la pandémie, un nouveau médicament pourrait bientôt faire son apparition : la pilule anti-covid de Merck. Développé par un laboratoire américain, ce dispositif est en cours d’examen accéléré par l’Agence européenne des médicaments (EMA) depuis ce lundi. Il permettrait notamment de réduire par deux le risque d’hospitalisation.


L’EMA lance un examen accéléré pour la pilule anti-covid Merck


Dans un communiqué publié lundi 25 octobre, l’Agence européenne des médicaments (EMA) vient d’annoncer : « Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA a lancé un examen continu du médicament antiviral oral molnupiravir […] développé par Merck […] pour le traitement du Covid-19 chez les adultes ».


Cette décision fait directement suite à des résultats préliminaires d’études de laboratoire et d’études cliniques qui « suggérant que le médicament peut réduire la capacité du SARS-CoV-2 […] à se multiplier dans le corps, empêchant ainsi l’hospitalisation ou le décès chez les patients atteints du Covid-19 », explique l’EMA.


Si la pilule anti-covid de Merck venait à être approuvée par le régulateur européen, le médicament, surnommé molnupirvir, serait une avancée majeure pour la lutte contre la pandémie de Covid-19. En effet, il permettre de facilement réduire les formes graves de la maladie. Le fonctionnement du médicament est assez simple, les antiviraux vont agir en diminuant la capacité du virus à se répliquer. Cela permet ainsi de freiner la maladie.


D’après l’essai clinique mené par Merck, la pilule permettrait de réduire par deux les risques d’hospitalisation et de décès lorsque le médicament est pris quelques jours après un test positif à la Covid-19.


Le laboratoire américain a déjà déposé une demande d’autorisation en urgence auprès de l’Agence américaine du médicament (FDA) le 11 octobre 2021. Anthony Fauci, le conseiller de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire, avait d’ailleurs estimé que les résultats de l’essai clinique étaient « impressionnants ».


389 vues