Combien gagnent les maires des 35.000 communes françaises ?

Votre maire est-il rémunéré au nombre d'heures? Au mérite? La règle générale, c'est que l’indemnité d’un maire dépend de la taille de son territoire.


L'indemnité d'un maire peut aller de 660 euros à plus de 8000 euros mensuels, en fonction du nombre d'habitants de sa commune. En théorie, car la réalité est plus complexe.


25.000 communes de moins de 1000 habitants


C'est la majorité des communes: la France compte près de 25.000 communes de moins de 1000 habitants. Actuellement, le maire d’une commune de 500 habitants touche en théorie un peu plus de 660 euros par mois. Si sa ville compte de 500 à 999 habitants, l'élu touchera 1200 euros.


Un projet de loi propose de relever à 1670 euros les indemnités pour ces communes de moins de 1000 habitants.


5600 euros au-dessus de 100.000 habitants


Au dessus de 1000 habitants, et jusqu'à 3499 habitants, le maire peut s'attendre à une indemnité de 1670 euros. De 3500 à 9999 habitants, l'indemnité passe à 2140 euros.


Dépassé 10.000 habitants, comme Bayeux (Normandie) ou Fontainebleau (Seine-et-Marne), l'indemnité peut s'élever au-dessus de 2500 euros. Ce sera 3500 euros dans une ville de plus de 20.000 habitants, comme Libourne (Gironde) ou Saintes (Charente-Maritime). Puis à 50.000 habitants le maire touchera 4300 euros, avant le palier des 100.000 habitants comme Toulouse, Nice, Nantes, Montpellier ou encore Strasbourg, où le maire pourra toucher plus de 5600 euros.


Les trois villes dans le haut du panier sont, dans l’ordre décroissant, Paris, Lyon et Marseille, avec une indemnité de plus de 8000 euros brut. L’année dernière, Anne Hidalgo avait détaillé que son salaire s’élevait à "6 500 euros nets, plus une indemnité d’environ 1 000 euros en tant que vice-présidente de la Métropole du Grand Paris". Ces indemnités ne sont pas exemptées des cotisations sociales comme la retraite et la CSG, et de l'impôt sur le revenu.



Des exceptions dans certaines villes


Mais c'est sans compter les cas spéciaux. Le statut de certaines villes donne le droit à des euros supplémentaires, comme les chefs-lieux de département, les communes d'arrondissement, les stations touristiques, ou quand la ville est sinistrée: autant de situations qui donnent du travail supplémentaire aux élus.


Le Parisien avait donné l'exemple, en 2014, de Guyancourt, aux ressources insuffisantes et aux charges élevées par rapport à ses 28.000 habitants: le maire touchait alors la même indemnité que pour une ville de 50 000 à 99 000 habitants. Ce montant est voté par le conseil municipal.


Un montant maximum à ne pas dépasser


Un autre cas permet à l'édile de gagner davantage: quand il représente sa collectivité au sein d'une commission par exemple, ou alors quand il cumule les mandats, sachant que la loi a fortement limité le port de double casquettes.


Un élu local ne peut donc être en même temps conseiller municipal, départemental ou régional, ni député national ou européen et sénateur, mais il pourra légalement être ministre, même si c'est tacitement déconseillé dans le gouvernement.


Edouard Philippe se présente ainsi aux municipales du Havre, mais s'il est élu, ne prendra le siège qu'à la fin de sa mission de Premier ministre. Reste qu'un maire ne pourra cumuler plus de 8400 euros d'indemnités par mois.


Certains renoncent à une partie de l'indemnité


En pratique, le montant des indemnités peut donc varier. Il peut même être en deçà de ce qui est prévu par le barème. A chaque élection, le conseil municipal, sur la demande du maire, vote s'il peut gagner plus, ou moins. Sachant que la loi ne permet pas de faire du bénévolat:


"Ces indemnités de fonction constituent une dépense obligatoire pour la collectivité", rappelle le site des collectivités locales.


Un maire qui cumule les mandats pourra donc très bien renoncer à une partie de son indemnité à la tête de la ville.


"En pratique, les élus locaux sont nombreux à renoncer à leur indemnité, particulièrement dans les petites communes, rappelle un rapport du Sénat.


Et certains occupent un emploi à côté


Rappelons qu'un maire peut continuer à exercer une activité à côté de son mandat. La majorité travaille dans l'agriculture ou est retraité.


Chaque trimestre, les maires de communes de moins de 10 000 habitants peuvent s'absenter jusqu'à 105 heures d'un travail qu'ils occuperaient parallèlement à leur mandat, et jusqu'à 140 heures quand ils sont maires de communes de plus 10 000 habitants, sans que ces heures soient rémunérées par l'employeur.


Et ailleurs dans l'Union européenne ?


8400 euros bruts, c'est à peu près le même salaire que le maire de Madrid et que les édiles de villes danoises de plus de 80.000 habitants (chiffres de 2009). La même année, celui de Londres touchait près de 14.200 euros mensuels, soit plus qu’un ministre français.


Quand on regarde les plus petites villes, au Danemark par exemple, le maire d'une commune aux 12.500 âmes gagnait 5600 euros par mois en 2009. Au Portugal, l'indemnité du maire est calculé par rapport au salaire du président et à l'importance de la commune: en 2009, l'élu de Lisbonne et Porto gagnait alors 55% du salaire présidentiel, soit 4197 euros. Passé sous la barre des 10.000 électeurs, c'est 40 %, soit 3 053 euros


Autre pays, autre salaire: aux Pays-Bas, en 2008 un maire touchait 1530 euros s'il était à la tête d'une ville comptant au maximum 2000 habitants et près de 4000 euros jusqu'à 18.000. Donc plus que les 2500 euros alloués en France pour une ville de moins de 20.000 habitants.



Source: www.bfmtv.com

36 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright