Senior : comment candidater quand on est surqualifié ?

Fort d’une riche carrière au cours de laquelle vous avez cumulé les expériences, vous postulez pour un emploi. En théorie, votre profil hautement qualifié et vos compétences sont des atouts pour accéder à cet emploi, mais...


En pratique il en va autrement. Et ce que vous pensiez être un sésame s’avère être un frein !

Une étude de l’OIT datant de 2014 et couvrant 24 pays européens estimait qu’entre 25 % et 45% des travailleurs sont soit sous-qualifiés, soit surqualifiés. La surqualification est vecteur d’incompréhension et de doutes.


Comment y faire face et la justifier vis-à-vis de l’employeur et du poste convoité ?


La surqualification vue par l’employeur

Le chemin du recrutement est long et parsemé d’incertitudes. Embaucher un nouveau collaborateur représente un investissement en argent, en temps et en énergie.


Lorsque vous candidatez et que votre profil est surqualifié, plusieurs interrogations peuvent traverser l’esprit du recruteur :

  • Il peut douter de votre sincérité à occuper l’emploi pour lequel vous postulez : êtes-vous là en attendant de trouver mieux ?

  • Il peut craindre que vous vous ennuyiez dans vos fonctions et quittiez l’entreprise prématurément.

  • Il peut également se demander si vous postulez parce que vous avez été évincé de votre ancienne fonction, et si c’est le cas, est-ce pour faute grave ? Pour un problème d’attitude ?

Vous pourriez prétendre à un salaire à hauteur de vos compétences, et non à hauteur du poste convoité.

Pour ces raisons, l’employeur peut exprimer des doutes vis-à-vis de votre candidature.


À première vue, il ne sait pas pourquoi vous vous intéressez à ce poste en particulier, alors que votre profil vous permet d’occuper des postes plus intéressants, plus stimulants et mieux rémunérés.


Rassurez-le et faites disparaître ses doutes quand à votre projet !


Comment rassurer le recruteur ?

Vous avez trouvé l’entreprise rêvée ? Vous voulez changer de métier pour faire ce que vous aimez vraiment ? Vous ne passez pas assez de temps avec votre famille et souhaitez y remédier en trouvant un poste plus près de chez vous ? Vous avez été victime d’un licenciement économique ? Ou bien votre précédent emploi était trop stressant ?


Toutes ces raisons peuvent justifier votre désir de bifurquer vers un emploi pour lequel vous êtes surqualifié. Afin d’apaiser les doutes du recruteur, n’attendez pas de le rencontrer en entretien.


Prenez les devants et évoquez les raisons pour lesquelles vous candidatez à cet emploi, dans une lettre de motivation.


La question épineuse du salaire

Le salaire est une question parfois épineuse mais incontournable. Dans tous les cas, il vaut mieux attendre que ce soit l’employeur qui mette le doigt dessus. Si vous pensez que sa réticence à vous choisir vient de la rémunération que vous pourriez exiger, dites lui que vous êtes prêt à accepter un salaire moins conséquent pour exercer un travail plus intéressant.


Les avantages d’embaucher un profil surqualifié

Employer un candidat trop qualifié a néanmoins son lot d’avantages. Celui-ci a plus de facilité pour s’intégrer étant donné qu’il connaît très bien le monde de l’entreprise, il peut apporter de nouvelles compétences et avoir un regard mûr sur la manière de travailler. Et s’il a une énergie contagieuse, il peut tirer vers le haut toute une équipe, y compris le manager.


Si pendant l'entretien vous en avez l'occasion, n'hésitez pas à présenter à l'employeur ces avantages (sans en faire trop, évidemment). Misez sur votre autonomie, votre sens de la créativité et votre regard mature.


Optimiser son CV

Rédiger son CV quand on est surqualifié peut être un véritable casse-tête. Voici des pistes pour optimiser votre candidature :

  • Enlevez les informations n’ayant pas de rapport avec le métier convoité. Si vous avez été manager pendant 8 ans, et que vous postulez à un poste sans gestion d’effectif, ne vous étalez pas sur le fait que vous avez encadré une équipe de 23 personnes.

  • Faites le point sur vos compétences pour mettre en valeur les plus intéressantes au vu du métier souhaité.

  • Si vos compétences ne matchent pas avec celles demandées dans la fiche de poste, mettez en valeur vos soft-skills.

  • L’ajout d’un encadré descriptif pour préciser votre situation peut être intéressant : “Après 20 ans passés en tant que manager, je souhaite désormais me tourner vers un métier plus… afin de….”.

  • Choyer sa lettre de motivationC’est dans la lettre de motivation que tout va se jouer. Elle doit être particulièrement soignée pour que l’employeur comprenne votre vision.

  • Exposez votre parcours, en précisant votre projet professionnel et les raisons qui vous poussent à vous orienter vers un poste pour lequel vous êtes surqualifié. En outre, mentionnez votre volonté d’intégrer cette entreprise, votre désir d’y rester et listez les expériences qui peuvent être pertinentes pour ce nouveau poste, sans répéter ce qui est écrit dans votre CV.

Gardez en tête que tout est question de point de vue : si le recruteur comprend vos motivations, vos raisons et votre projet professionnel, il verra votre valeur ajoutée, et non votre surqualification.


Source: www.regionsjob.com

4 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright