Lorenzo met un terme à sa carrière

Jorge Lorenzo, 32 ans, a annoncé qu'il mettait un terme à sa carrière en MotoGP, après 18 saisons en Championnat du monde et cinq titres.

Sa décision est donc prise et elle est sans appel : Jorge Lorenzo va mettre un terme à sa carrière après le Grand Prix de Valence, qui marquera cette semaine la fin du championnat 2019.


Cette décision intervient après une année qui restera, et de loin, comme la plus mauvaise qu'il ait connue en MotoGP.


Arrivé blessé chez Honda, le pilote espagnol n'a jamais réussi à dépasser ses problèmes physiques, alors que des fractures vertébrales lui ont porté le coup de grâce et l'ont poussé à manquer quatre courses cet été.


Celle qu'il a décrite comme ayant été "la pire blessure de [sa] carrière" faisait suite à des lésions au pied à l'automne dernier, dont il a longtemps ressenti les effets, puis à une fracture du scaphoïde qui a impacté la fin de sa pré-saison, avant une fracture de côte subie dès la première manche du championnat.


À cela se sont ajoutées ses difficultés avec la Honda, une machine qui ne lui a jamais transmis de bonnes sensations.


Le binôme de rêve Márquez-Lorenzo, qui avait fait le buzz lorsqu'il avait été annoncé au printemps 2018, est retombé comme un soufflé, le Majorquin ne parvenant en aucun cas à rivaliser avec les performances exceptionnelles réalisées par son coéquipier cette année. Alors que le #93 a battu le record de points marqués en une saison, que Lorenzo lui-même détenait depuis 2010, le nouveau pilote Honda n'a pu engranger pour le moment que 25 points, soit 370 de moins.


Une claque cruelle pour le quintuple Champion du monde qui, alors qu'il a remporté 47 courses MotoGP depuis ses débuts dans la catégorie en 2008, n'a cette fois jamais fait mieux que 11e.


Les doutes de Jorge Lorenzo sur son avenir ont émergé cet été, alors que pendant sa convalescence un contact avec Ducati était révélé dans la presse. Le pilote avait finalement mis un terme aux spéculations en confirmant à Honda son engagement jusqu'au terme de son contrat, dont l'échéance était fixée à fin 2021. Un retour à la compétition encore plus compliqué que ne l'avait été la première partie de la saison a fini par avoir raison de ce partenariat, et c'est aujourd'hui la fin de sa carrière qu'annonce Jorge Lorenzo, à bout de solutions.


"J'ai toujours cru qu'il y avait quatre jours importants dans la vie d'un pilote : le premier, c'est quand il débute en Championnat du monde, le deuxième quand il gagne sa première course, puis quand il gagne son premier titre et enfin quand il annonce son retrait. Comme vous pouvez l'imaginez, ce moment est arrivé pour moi. Je suis ici pour annoncer que ce sera ma dernière course en MotoGP et qu'après cette course je vais me retirer en tant que pilote professionnel", a annoncé Jorge Lorenzo ce jeudi lors d'une conférence de presse exceptionnelle.


De Jerez à Valence, 17 ans en Grand Prix

Arrivé en Grand Prix en 2002, Jorge Lorenzo avait dû attendre la troisième manche de la saison et le jour de ses 15 ans, lors du samedi du Grand Prix d'Espagne, à Jerez, pour faire ses débuts.


Une première victoire était arrivée la saison suivante, au Brésil, avant qu'il ne se mêle à la course au titre en 2004 pour finalement se classer quatrième.


Passé malgré tout en 250cc, il a obtenu de premiers podiums sur Honda, à une époque où son caractère impétueux lui a valu une sanction qui fera date dans son esprit, avec sa suspension sur une course.


Dans la foulée, Lorenzo a vu sa carrière prendre un tournant lorsqu'il a rejoint Aprilia en 2006.


Deux ans plus tard, c'est en tant que double Champion du monde qu'il a fait son entrée en MotoGP en intégrant l'équipe officielle Yamaha, aux côtés de celui qui était alors à la tête de cinq couronnes en catégorie reine.


Malgré l'accueil peu amical que lui a réservé Valentino Rossi, avec le fameux mur érigé entre leurs deux parties de stand, le pilote espagnol a décroché la pole dès sa première tentative, puis deux premiers podiums avant de signer sa première victoire lors de son troisième Grand Prix, au Portugal.


Beaucoup de chutes et de blessures allaient cependant ternir cette saison, conclue à la quatrième place du championnat.



De plus en plus menaçant pour Rossi, Lorenzo s'est une nouvelle fois incliné en 2009, avant de faire main basse sur le titre en 2010 lorsque ses performances ont encore grimpé d'un cran et que le #46 s'est blessé.


Une saison exceptionnelle, qui l'a récompensé de 383 points, ce qui allait rester un record jusqu'à cette année.


Le départ de Rossi pour Ducati allait confirmer son statut de nouveau leader chez Yamaha, avec à la clé un nouveau titre en 2012, face cette fois à Dani Pedrosa.


Le retour du #46 les a une nouvelle fois associés pour quatre ans, dans une atmosphère globalement plus apaisée malgré le pic de polémique qui a marqué la saison 2015 avec un clash Rossi-Márquez dont Lorenzo est sorti grand vainqueur, titré une dernière fois.


Son départ chez Ducati en 2017 a ouvert une nouvelle phase dans sa carrière, bien plus compliquée alors qu'il a dû prendre ses marques avec une machine rétive.


Un premier podium allait toutefois arriver au bout de quatre courses, puis Lorenzo a retrouvé le chemin de la victoire au Mugello en 2018, après 23 manches sans succès.


La réussite de son pari arrivait toutefois trop tard et son remplacement pour 2019 était déjà acté. Dès lors, deux solutions s'offraient à lui, raccrocher ou relever un autre défi, cette fois avec Honda. C'est la deuxième option qu'a choisie le #99, et on connaît la suite, les blessures et une RC213V particulièrement difficile à dompter cette année ayant eu raison de ses espoirs.


À 32 ans, Jorge Lorenzo raccrochera donc son casque dimanche, après 297 courses en Championnat du monde, 68 victoires toutes catégories confondues sur un total de 152 podiums, 69 pole positions et 37 meilleurs tours en course.


Ses cinq titres en font l'égal d'Anton Mang et de Mick Doohan dans les tablettes du championnat, alors qu'il laissera le souvenir d'un pilote parfois décrié pour une certaine arrogance mais capable au cours de sa carrière de prouesses plus qu'admirables.


Lorenzo c'est aussi une abnégation sans égal, qui s'est illustrée par ces choix ces trois dernières années mais aussi par l'un des épisodes de sa carrière qui restera longtemps dans les mémoires, lorsqu'en 2013 une fracture de la clavicule à Assen le jeudi l'a mené à se faire opérer à Barcelone le vendredi avant de s'aligner au départ de la course le samedi et de se classer cinquième. Por Fuera était assurément un grand champion.



Source: www.fr.motorsport.com

3 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright