Voiture électrique : bientôt la moins chère du marché automobile ?

UFC-Que Choisir publie une étude selon laquelle il devient de moins en moins cher d'investir et de rouler en tout électrique.

Les voitures électriques et hybrides bien plus chères que les bons vieux moteurs essence ou diesel ? Très prochainement, l'idée ne sera plus qu'un mythe, à en croire une étude publiée mercredi par UFC-Que Choisir et dont le Parisien publie les résultats. L'organisme a comparé les coûts d'achat et d'entretien des véhicules présents sur le marché automobile en fonction des motorisations.


Et contrairement à ce que l'on pourrait croire, le coût global des véhicules électriques et hybrides rechargeables n'est pas nécessairement plus élevé que celui des véhicules plus traditionnels. D'ici à 2025, ces voitures devraient même rivaliser complètement avec les moteurs essence et diesel.


Pour parvenir à ce résultat, UFC-Que Choisir a étudié le "coût total de propriété" (CTP), dans le jargon. Cela comprend donc l'achat du véhicule, mais aussi l'assurance automobile dans la plupart des cas, le financement, l'usure, l'entretien de la voiture et sa source d'énergie (électricité ou carburant donc). Et sur le long terme, les modèles hybrides et électriques pourraient donc détrôner les engins classiques.


Comme l'explique l'étude, "malgré un prix d'achat encore élevé, les véhicules électriques ou hybrides rechargeables s'avèrent désormais plus économiques que ceux utilisant un carburant fossile, à savoir de l'essence ou du diesel".


Moins énergivore, et moins onéreux à long terme

Selon les détails de l'étude, le CTP d'un véhicule électrique est même déjà inférieur de 3 % à celui d'un moteur diesel, et de 5 % à celui d'un moteur essence, pour une utilisation plutôt moyenne d'un véhicule, à savoir 15.000 kilomètres par an.


Rien que sur le plan énergétique, l'électrique l'emporte haut la main. Ce type de véhicules, explique UFC-Que Choisir, jouit "d'un budget énergie de 188 euros par an. Bien inférieur, donc, à celui d'un véhicule diesel (1.181 euros/an) ou essence (1.461 euros/an)".


Seul point noir au tableau : le CTP des véhicules électriques inclut le bonus écologique à l'achat, versé par l'État. Soit une ristourne conséquente de 6.000 euros qui permet à l'électrique d'être aujourd'hui rentable. "La mobilité électrique est à l'automobile ce que le bio est à l'alimentation", résume dans les colonnes du Parisien Alexandre Guignard, directeur du département Faibles émissions chez PSA. "Pour l'instant, les coûts de production demeurent globalement élevés. D'où des prix d'achat pas encore suffisamment compétitifs". C'est donc l'usage qui permet, à long terme, de compenser le prix de vente.


Les résultats de l'étude ne manqueront toutefois pas de satisfaire le ministre de la Transition écologique et solidaire. En début de semaine, François de Rugy faisait savoir qu'il souhaitait le retour du bonus à l'achat sur les véhicules hybrides rechargeables, supprimé en janvier dernier. Avec un objectif en tête : le zéro essence et le zéro diesel en 2050.


Source: www.capital.fr


2 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright