Expatriation et retour en France : votre guide 2018

Revenir en France après l’expatriation est souvent vécu comme une expérience difficile par les employés. Manque de préparation, démarches administratives fastidieuses, absence d’accompagnement, de soutien psychologique… Pour éviter cela, il n’y a qu’une solution : anticiper votre retour bien avant votre départ ! Suivez le guide !



Comment vivre votre retour d’expatriation sans inquiétude ?

1.Faites le point sur vos inquiétudes et appréhensions Après plusieurs années d’expatriation, il se peut que vous appréhendiez votre retour en France. Et cela est tout à fait normal, surtout quand on sait que la mobilité n’est pas ancrée dans les mentalités françaises et que le retour est souvent vécu par les impatriés comme un véritable choc culturel inversé. Ces préoccupations sont diverses et concernent notamment : Le coût du retour, la logistique, de nouvelles habitudes de travail à reprendre, retrouver un emploi ou aider votre conjoint à trouver un emploi, trouver des écoles pour vos enfants, gérer votre statut d’impatrié et prendre le temps de vous adapter. 2. Valorisez votre expatriation auprès de votre pays d’accueil

La vie à l’étranger a sûrement été pour vous une sorte de voyage initiatique. Le fait d’avoir vécu au contact d’une nouvelle culture vous a profondément changé. Que ce soit sur le plan professionnel ou privé, vous avez développé un « savoir-être interculturel » qui a transformé votre rapport au monde. À vous de mettre en valeur votre profil international à votre retour en France en exploitant l’ensemble des compétences acquises à l’étranger (tolérance, adaptabilité, curiosité, etc.) pour en faire des leviers de réussite pour votre nouvelle vie en France. Comment ? Faites le point sur votre expérience passée. Demandez-vous : • Qu’est-ce que l’expatriation vous a apporté ? • À quel point avez-vous changé ? • Quelles valeurs avez-vous apprises dans le pays étranger que vous souhaiteriez importer en France ? • Dans quelle mesure êtes-vous devenu une personne meilleure ? Votre retour en France est également l’occasion de faire un bilan de compétences, pour vous et votre conjoint. Cela vous aidera à faire le point sur vos nouvelles aptitudes et à construire un projet professionnel viable.Mettez en avant tous les points positifs, constructifs, que l’expatriation a pu vous apporter Sur le plan personnel, d’abord. L’expatriation vous a apporté des qualités humaines à mettre en avant ,l’empathie, la patience, le discernement, le respect des différences, etc. Sur le plan professionnel, ensuite. Au contact d’une nouvelle culture d’entreprise, parfois même d’un autre métier, vous avez élargi votre champ de compétences et diversifié vos connaissances. Trouvez et identifiez les bons interlocuteurs Pour vivre votre impatriation comme une nouvelle expatriation sereine, il est essentiel d’être accompagné durant la période peu réjouissante des démarches administratives. Pour cela, vous pouvez compter sur : • L’UFE (Union des Français de l’étranger) : présente dans 170 pays, cette association accompagne les Français de l’étranger en leur apportant des conseils avant, pendant et après l’expatriation. • Les groupes Facebook d’expatriés. • Le simulateur de retour : un rétroplanning des démarches à réaliser est proposé en fonction du profil de chacun. Enfin, trouver les bons interlocuteurs est également indispensable en entreprise.Certaines entreprises proposent aux impatriés un suivi individualisé durant les premiers temps. Cependant, il faut bien l’avouer, cela reste assez rare et l’accompagnement se limite souvent à la recherche d’un logement provisoire et d’une école pour les enfants.


Comment vivre votre retour en France comme une nouvelle expatriation ?

1. Zoom sur les nouvelles tendances actuelles

• De 1990 à 1999 : baisse importante de l’inflation, passant de 3,5 % par an en moyenne à 0,5 %. • De 2000 à 2013 : période assez stable avec une inflation qui se stabilise à environ 2 %. À noter : la chute correspondant à la crise de 2008-2009. • De 2013 à 2017 : baisse de l’inflation (niveau négatif) avant une période de stagnation des prix et une inflation modérée pour 2017. Et pour l’avenir ? Les experts prévoient une inflation proche de 1,2 % pour 2018.

2. Le coût de l’excellence française

Selon les prévisions de l’INSEE, les prix à la consommation devraient poursuivre leur hausse en 2018 (+1,5 %), après une augmentation de 1,2 % en décembre 2017. Cette hausse s'explique par l'accélération des prix des services et de l’énergie, une légère augmentation des produits manufacturés et la stagnation des prix de l’alimentation et du tabac.

Toutes les villes françaises ne se valent pas en termes de hausse du coût de la vie. Parmi celles ayant connu la plus forte hausse des prix à la consommation, on trouve Grenoble, Rouen, Strasbourg, Paris et Aix-en-Provence.

3. Optimisez le coût des transports en commun

Si, à votre retour en France, vous emménagez dans une ville qui vous est inconnue, les transports en commun vous faciliteront grandement la vie. Un ticket de transport en commun (bus et métro) en France coûte en moyenne 1,60 € en France. Bien sûr, cela n’est qu’une moyenne. Voici les prix d’un ticket pour les principales agglomérations de France : • Paris :1,90 € le ticket - 14,90 € le carnet de 10 tickets • Bordeaux : 1,60 € le ticket - 12,90 € les 10 voyages • Lille : 1,60 € le ticket - 14 € les 10 voyages • Lyon : 1,90 € le ticket - 16,90 le carnet de 10 tickets • Marseille : 1,80 € la carte 1 voyage - 14,10 € la carte 10 voyages • Nantes : 1,60 € le ticket - 14,90 € le carnet de 10 tickets


En outre, certaines villes proposent même la gratuité des transports en commun à leurs habitants. C’est le cas de :Châteauroux, Gap, Manosque, Aurillac, Aubagne, Châteaudun, Colomiers, Libourne, Vitré, Issoudun, Figeac, Mayenne, Bar-le-Duc, Cambrai, Compiègne, Le Touquet, Cluses, Castres, Levallois-Perret, Boulogne-Billancourt.

4. Se loger, oui, mais se loger à un prix raisonnable, c’est mieux : focus sur les loyers

Première nécessité à votre retour en France : trouver un logement. Avec la flambée des prix de l’immobilier (8,20 €/m² à l’achat en 1998 contre 12,70 €/m² en 2018 ; +1,53 % de hausse des loyers en province en septembre 2017, +2,12 % à Paris : Source Clameur), il est essentiel de bien connaître le marché pour pouvoir s’installer dans une région dont le coût de la vie correspond à vos moyens. Les villes et régions en France dont le coût au m2 est inférieur à la moyenne nationale :

• Rennes (10,90 €/m²) • Reims (9,80 €/m²) • Le Havre (9,30 €/m²) • Saint-Étienne (7,20 €/m²) • Angers (9,70 €/m²) et Nîmes (9,10 €/m²) • La Bourgogne (7,60 €/m²) • La Champagne-Ardenne (7,50 €/m²) • Le Centre (7,90 €/m²) Parmi les villes les plus chères, on retrouve Paris, suivie par plusieurs agglomérations en Île-de-France, Bordeaux, Nice, Aix-en-Provence, Nantes, Rennes et Lyon.


Une amélioration en vue ? Certaines agglomérations ont vu leurs loyers légèrement baisser en 2017 (Lille : -0,33 %), Toulon (-3,2 %), Pau (-0,6 %), notamment grâce au dispositif de l’encadrement des loyers. Une tendance qui devrait être poursuivie par d’autres grandes villes étudiantes avec le projet de loi ELAN. 5. Prêt à acheter ? Faites le bon choix

40 % des Français pensent que devenir propriétaire est le meilleur investissement pour préparer sa retraite et se constituer un capital. Les mesures incitatives (loi Sapin, PTZ, PAS, etc.) et les taux d’intérêt historiquement bas (1,70 % en moyenne pour 2017) y sont sûrement pour quelque chose. Voici les villes qui ont la cote auprès des nouveaux acquéreurs : Nantes, Montpellier, Rennes, Lyon, Lille. Faites votre retour d’expatriation dans une ville paisible

Choisir une ville où s’installer à son retour de l’étranger n’est pas facile. Pour vous aider, voici un classement des villes où il fait bon vivre en France, établi par la société d’aide au déménagement Movehub. Dix critères ont été retenus : 1. Le salaire moyen par habitant 2. La météo 3. Le prix du loyer à la location en centre-ville 4. L’offre culturelle 5. L’offre de loisirs 6. Le nombre de restaurants 7. Le prix d’un repas accompagné d’une bière 8. Le taux de chômage 9. Le coût des transports en commun 10. L’indice de satisfaction de la population Voici donc les 5 villes en tête du classement :


Bordeaux Élue meilleure destination touristique au monde par le Los Angeles Times, Bordeaux est LA ville où il fait bon vivre en France. Bon nombre de Français ont fait le choix de vivre à Bordeaux pour la qualité de vie que la ville offre (infrastructures modernes, bons restaurants, faible coût des transports en commun, offre de loisirs et culturelle importante). Aix-en-Provence Seconde du classement, Aix-en-Provence est réputée pour son dynamisme, ses salaires élevés et la jeunesse de sa population (ville étudiante). Autre point fort : la proximité du Luberon, des Alpes et de la Camargue. Lyon Les atouts de la capitale des Gaules séduisent principalement une population jeune : peu de chômage (8,8 % en 2016, Source ISEE), dynamisme économique, patrimoine culturel et gastronomique riche. Marseille 2 800 heures d’ensoleillement à l’année. Tout est dit. La cité phocéenne, élue capitale européenne de la culture en 2013, sort du lot par la richesse de son offre de loisirs. Nice Cinquième de ce palmarès des villes où il fait bon vivre en France : Nice. Tous les Niçois vous le diront : il n’y a pas de ville en France dotée d’une telle douceur de vivre.


Paris : centre mondial de l'art, de la mode, de la gastronomie et de la culture

Vivre à Paris coûte en moyenne 13 % de plus qu’en province selon l’INSEE, ce qui en fait de loin la ville la plus chère de France. Un coût de la vie élevé compensé par un salaire moyen légèrement supérieur à la moyenne nationale (3 072 € nets par mois, soit 36 868 € nets par an d’après l’INSEE, 2018). Analysons les principaux postes de dépenses.

1. Prix moyens des logements Moyenne de prix des hôtels (prix moyen pour 1 chambre double standard) : • Hôtels 1 et 2 étoiles : moins de 100 €/nuit • Hôtels 3 et 4 étoiles : de 100 € à 250 €/nuit • Hôtels 5 étoiles : à partir de 250 €/nuit • Auberges de jeunesse : 22 €/nuit Moyenne des loyers pour un appartement à Paris, prix par arrondissement :


• Du 1er au 7ème arrondissement : 32,64 €/m² • 8ème, 9ème, 10ème, 11ème, 15ème, 16ème et 17ème arrondissements : 28,25 €/m² • 12ème, 13ème, 14ème, 18ème, 19ème et 20ème arrondissements : 26,11 €/m² Prix moyen constaté : 29 €/m².


2. Prix moyen dans la restauration à Paris

Pour déguster un repas dans la capitale (entrée-plat-dessert), comptez entre 30 et 90 €/personne. Qu’en est-il des fast-foods ? • McDonald’s : 8 € le menu • Burger King : 11 € le menu • Prix moyen d’un sandwich : 5,80 € 3. Prix moyens des achats quotidiens à Paris Habillement : • Jean griffé : 87 € • Robe d’été : 35 € • Chaussures de sport griffées : 85 € • Chaussures en cuir : 120 €


Autres postes de dépenses quotidiennes : • Alimentation : prix d’un caddy moyen (pour une semaine et pour quatre personnes) : 145 € • Coiffeur (coupe) : 28 € • Consultation médecin généraliste : 32 € 4. Prix moyens des transports en commun à Paris • Voyage illimité pour 1 journée entière valable pour les 5 zones : 17,80 (bus, RER, métro, tram et SNCF) – attention, le « Ticket T+ » à 1,90 € n’est pas utilisable pour la SNCF Si vous souhaitez vivre à Paris intra-muros, nous vous recommandons d’utiliser les transports en commun et de souscrire un abonnement : Abonnement hebdomadaire pour les 5 zones : 22,80 € et Abonnement mensuel pour les 5 zones : 75,20 € 5. Acheter un bien à Paris

À l’instar des autres grandes villes comme Londres ou New York, les prix au m2 à Paris ne cessent d’augmenter depuis plusieurs années. Malgré tout, la Ville Lumière suscite toujours autant l’engouement des acquéreurs (+18 % de transactions immobilières en 2017 par rapport à 2016). Il est alors judicieux de se demander si acheter un bien à Paris reste une opération rentable.

Pas si sûr à en croire les résultats d’une récente étude comparative entre l’achat et la location menée sur 20 ans. Selon elle, l’achat reste, malgré des taux d’intérêt très bas, quasiment impossible à rentabiliser, principalement à cause des charges de copropriété qui ne devraient pas continuer leur progression. En revanche, si l’on établit un comparatif du coût de la vie entre Paris et la province, la tendance s’inverse. Ainsi, louer dans une ville moyenne de province comme Clermont-Ferrand, vous fera économiser 37 000 € par rapport à la location. Vous envisagez de rentrer en France après une expatriation ? Vous vous posez des questions sur les démarches à effectuer, les bons choix à faire ? N’hésitez pas à faire appel à nos services, nous serons heureux de vous aider..

1 vue

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright