Champions du monde 1998: que sont-ils devenus ?

France 98 a fêté sa victoire ce mardi soir à Nanterre avec un match face à une sélection mondiale. Que sont devenus tous les héros bleus, 20 ans après leur sacre en finale de la Coupe du monde ?


Les gardiens de buts

Fabien Barthez: de gardien à pilote


L’ancien gardien de but, titulaire lors du Mondial 1998, a pris sa retraite en 2007 après un dernier passage plus que difficile au FC Nantes. Mais le "divin chauve", ancien gardien de l’Olympique de Marseille, n’a pas mis un terme à sa carrière sportive. Après avoir officié en tant que consultant pour TF1, le Français a en effet fait partie du staff de l’équipe de France (sous l’ère Laurent Blanc, entre 2010 et 2012), où il conseillait les gardiens, évidemment.


Il a ensuite été directeur général de l’équipe première du club de Luzenac, entre 2013 et 2014. Et depuis 2016, Fabien Barthez a lancé sa propre écurie de course automobile avec l’ancien pilote de formule 1 Olivier Panis. C’est d’ailleurs en tant que pilote que l’ex-gardien a remporté le championnat de France FFSA GT (en 2013).


Bernard Lama : retour en Guyane


Contrairement à son homologue cité précédemment, Bernard Lama n’a disputé aucune minute lors de cette Coupe du monde en France. Après avoir pris sa retraite en 2001, le Français est retourné en Guyane, où il a passé son enfance et adolescence, et où il vit toujours. Là-bas, il est entre autre devenu chef d’une entreprise d’embouteillage d’eau de source, directeur technique de l’US Montjoly (club amateur), et enfin manager général de la sélection de Guyane française.


Lionel Charbonnier : passionné de courses hippiques


Lui non plus n’a pas disputé la moindre minute de jeu lors du Mondial 1998 en tant que troisième gardien. Lionel Charbonnier a raccroché les crampons en 2002. Il a ensuite entraîné différentes équipes, comme le FC Istres en 2014, le SM Sanga Balende (en République Démocratique du Congo en 2015) et a même mené les -20 ans de Tahiti jusqu’à la Coupe du monde en 2007.


Le champion de France 1996 s’est ensuite consacré au monde des médias en devenant consultant pour Eurosport, Equidia (en 2018). Lionel Charbonnier est également membre de la Dream Team RMC Sport. Passionné de courses hippiques, il intervient aussi dans l’émission Les Courses RMC.

Les défenseurs

Lilian Thuram: engagé dans la lutte contre le racisme

L’ancien latéral français a brillé pendant cette Coupe du monde 98, notamment en inscrivant un doublé miraculeux et salvateur en demi-finales face à la Croatie. Le recordman du nombre de sélections en Bleus (142), parti à la retraite en 2008, est depuis devenu le créateur et président de la Fondation Lilian Thuram, qui a pour but la lutte contre le racisme.


Laurent Blanc: le "Président" devenu entraîneur

Celui qui a manqué la finale en 1998 à cause d’un carton rouge reçu face à la Croatie, est devenu entraîneur. Seulement six ans après avoir pris sa retraite, Laurent Blanc a remporté le championnat de France en 2009 à la tête des Girondins de Bordeaux et est parvenu à se hisser jusqu’aux quarts de finale de la Ligue des champions l’année suivante. Puis il a pris les rênes de l’équipe de France (2010-2012) avant de devenir l’entraîneur du Paris Saint-Germain de 2013 à 2016 (une période pendant laquelle il gagnera plus de dix trophées). Aujourd’hui, le "Président" est sans club, mais annoncé très proche de Chelsea ces dernières semaines.

Frank Lebœuf: consultant et comédien

Après la suspension de Laurent Blanc, c’est Frank Lebœuf qui fut titularisé en défense centrale et chargé de bloquer le Brésilien Ronaldo en finale. Face au Brésil, l’ex-défenseur de l’OM a été impérial. Après sa retraite en 2005, le Français s’est tourné vers les médias, en intégrant notamment la Dream Team Foot RMC et en intervenant dans l’émission "Team Duga" et sur BFMTV. Mais il a également cultivé sa passion pour la comédie, par exemple en jouant le rôle d’un médecin dans le film oscarisé "Une merveilleuse histoire du temps" (inspiré de la vie de l’astrophysicien Stephen Hawking). Frank Lebœuf a également pu jouer dans plusieurs pièces de théâtre en France, comme dans Ma Belle-mère et moi, 9 mois après de Bruno Druart en 2017.


Marcel Desailly: consultant et ambassadeur

Titulaire lors des sept matchs disputés par les Bleus, Marcel Desailly a été expulsé à la 68e minute de la finale face au Brésil. Cela ne l’a pas empêché de voir un titre de champion du monde enrichir son palmarès déjà fourni, entre autres, de deux Ligues des Champions avec l’OM et le Milan AC. Depuis sa retraite en 2004, l’ancien défenseur est devenu ambassadeur pour la Fifa et participe régulièrement à des matches caritatifs. Il est aussi consultant pour la chaîne de télévision BeIN Sports.


Vincent Candela: une reconversion dans la restauration

Vincent Candela n’a joué qu’un seul match en 1998, le troisième lors de la phase de poules face au Danemark. Celui qui a effectué la majeure partie de sa carrière en Italie et notamment à l’AS Rome (huit saisons) a mis un terme à sa carrière en 2007, avant d’engager une reconversion dans les médias, en France puis en Italie, où il vit toujours. L’ancien défenseur tricolore a depuis ouvert deux restaurants, l’un à Rome (l’Aqua by Lexus), et l’autre à Palavas-les-Flots, près de Montpellier (Le Phare). Il va retrouver la Roma cet été, via la chaine télé du club.


Bixente Lizarazu: de joueur à surfeur et commentateur


Arrière gauche titulaire lors du Mondial 1998, le Basque a raccroché les crampons en 2005. Fan de surf, il est par la suite devenu consultant et commente notamment les matchs de l’équipe de France depuis 2009. Il officiera encore sur TF1 aux côtés de Grégoire Margotton lors du Mondial en Russie. Mais l’ancien latéral du Bayern Munich n’apporte pas son savoir-faire footballistique uniquement à la télévision, puisqu’il est à la tête de sa propre émission sur la radio RTL, "Le club Liza".


Les millieux de terrain

Zinedine Zidane: joueur puis entraîneur victorieux


De tous les anciens champions du monde qui sont par la suite devenus entraîneurs, le double buteur en finale du Mondial 1998 est pour l'instant celui qui a le mieux réussi sa reconversion. Dix ans après avoir arrêté sa carrière, le Français a pris la tête de son ancien club, le Real Madrid.


En seulement deux saisons et demie, il a remporté trois Ligues des champions d’affilée (une première) et a également triomphé dans les huit finales disputées par son équipe. Après cette réussite stratosphérique, l’ex-capitaine des Bleus a annoncé le 31 mai dernier qu’il quittait la Maison Blanche, laissant ses dirigeants dans l’embarras pour choisir un successeur. Désormais, entraîner l’équipe de France pourrait être le prochain défi de Zinedine Zidane.


Didier Deschamps: toujours le patron des Bleus


Capitaine lors du sacre de 1998, il est actuellement l’homme à la tête de l’équipe de France, et ce, depuis 2012. Depuis sa nomination, Didier Deschamps a déjà disputé deux compétitions internationales et a bien failli remporter l’Euro 2016… en France. Aujourd’hui, le Basque (ancien coach de Monaco et de l’OM) s’apprête à diriger les Bleus lors de la Coupe du monde en Russie, 20 ans après l’unique triomphe tricolore dans cette compétition.


Patrick Vieira: le rêve américain, avant le retour en France


A l’été 1998, Patrick Vieira n’est encore que remplaçant dans la sélection emmenée par Aimé Jacquet et ne compte que neuf sélections lorsque les Bleus l’emportent. Depuis sa fin de carrière à Manchester City en 2011, l’ex-milieu de terrain d’Arsenal a notamment entraîné le New York City FC en MLS pendant deux ans (2016-2018). Il est récemment devenu le nouvel entraîneur de l’OGC Nice. Engagé pour trois ans, le Français effectuera ses grands débuts en tant qu’entraîneur de Ligue 1 la saison prochaine.


Robert Pires: le retardataire


Aucun supporter français n’a oublié la fameuse phrase prononcée par Aimé Jacquet dans le documentaire Les yeux dans les Bleus: "Muscle ton jeu Robert!". Le principal intéressé, qui a notamment fait partie des "Invincibles" d’Arsenal (en 2003-2004), est lui aussi devenu consultant depuis sa retraite en 2016, faisant de lui le dernier des 22 champions du monde à raccrocher les crampons. Robert Pires officie à BeIN Sports aux côtés de son ex-coéquipier Marcel Desailly.


Youri Djorkaeff: c'est l'Amérique


Le milieu de terrain, que l’on surnommait "The Snake", était l’un des hommes clés d’Aimé Jacquet au Mondial 1998. Titularisé à toutes les rencontres sauf une, le deuxième match face à l’Arabie saoudite, Youri Djorkaeff est notamment passeur décisif sur le deuxième but de Zinedine Zidane face au Brésil en finale. Depuis sa retraite de footballeur en 2006 après une ultime aventure aux New York Red Bulls, le Français a notamment créé en 2011 "The Djorkaeff Fondation", qui vise à faciliter l’accès à la pratique du football aux jeunes Américains et a été nommé ambassadeur de la LFP. Mais comme bon nombre de ses coéquipiers, il a lui aussi entamé sa reconversion dans les médias, puisqu’il entrera très bientôt en tant que consultant sur TF1.


Alain Boghossian: professionnel de golf


S’il n’a été titulaire qu’une seule fois face à l’Arabie saoudite, Alain Boghossian a pris part à cinq rencontres au total, en entrant en jeu dans les moments décisifs. L’ex-milieu de terrain des Bleus a pris sa retraite en 2003. Il s’est ensuite beaucoup consacré au golf et a même participé à l'épreuve professionnelle du Masters 13 sur l'Alps Tour de 2007. En 2008, il est revenu à sa première passion en devenant l’adjoint de Raymond Domenech lors de l’Euro 2008. Il est resté à ce poste sous le mandat de Laurent Blanc jusqu’en 2012. Alain Boghossian possède son diplôme d’entraîneur. Il officie également en tant que consultant pour les chaînes W9 et Eurosport.


Emmanuel Petit: une longue carrière de consultant et chroniqueur


En 63 sélections, l’ex-milieu de terrain n’a inscrit que six buts, dont un définitivement rentré dans l’histoire, en finale du Mondial 98, seul face au gardien de la Seleçao. Emmanuel Petit a pris sa retraite en 2004, après une dernière saison à Chelsea. Un an seulement après avoir annoncé sa fin de carrière, il a entamé une reconversion en tant que consultant, pour France Télévisions notamment. Il est aujourd’hui membre de la Dream Team Foot RMC et intervient dans différents programmes de RMC, SFR Sport et BFMTV.


Christian Karembeu: un cadre de l'Olympiakos


Peu utilisé avant le quart de finale face à l’Italie, le polyvalent milieu de terrain s’impose lors des trois derniers matchs du Mondial 98. Celui qui a évolué au Real Madrid et au FC Nantes a raccroché les crampons en 2005, après une dernière saison au SC Bastia. Christian Karembeu est ensuite devenu ambassadeur de la FIFA en Océanie, avant de faire partie du groupe d'études techniques de la FIFA lors de la Coupe du monde 2010. Depuis 2013, il officie à l’Olympiakos (son ancien club), en tant que conseiller.


Les attaquants

Stéphane Guivarc’h: après le football, les piscines


De Stéphane Guivarc’h, beaucoup se souviennent de ces deux occasions manquées en finale face au Brésil. L’attaquant de pointe - numéro un d'Aimé Jacquet lors du Mondial - n’a en effet inscrit aucun but dans la compétition. Mais de tous les joueurs français sacrés champions cette année-là, c’est incontestablement lui qui a effectué la reconversion la plus étonnante après sa retraite en 2002. Pas de poste d’entraîneur ou de carrière de consultant, Stéphane Guivarc’h s’est en effet lancé dans la vente de piscines et de produits de balnéothérapie en tant que commercial en Bretagne. Une activité qu’il continue de mener aujourd’hui. Avant cela, il avait tenté de rester dans le monde du football en étant entraîneur pendant cinq ans du club amateur de l’US Trégunc, sa première équipe, dont il demeure le vice-président.


Bernard Diomède: à la tête des jeunes Bleus


Après sa dernière sélection lors du huitième de finale face au Paraguay, celui qu’Aimé Jacquet surnommait "Petit bonhomme" est passé par Liverpool avant d’arrêter sa carrière en 2006 à Clermont. L’ancien ailier s’est ensuite reconverti et a créé en 2008 l’Académie Diomède, qui permet à des enfants de suivre des programmes éducatifs et citoyens à travers le football. En possession d’un diplôme d’entraîneur, Bernard Diomède est aujourd’hui sélectionneur de l'équipe de France U19.


David Trezeguet: une nouvelle carrière d'ambassadeur


Le troisième meilleur buteur de l’histoire des Bleus n’a inscrit qu’un seul but lors de ce Mondial, face à l’Arabie saoudite. Après l’arrêt de sa carrière en 2015, l’attaquant français est officiellement devenu l’ambassadeur de la Juventus de Turin, le club italien où il a évolué pendant dix ans, et dont il est encore le meilleur buteur étranger (avec 171 réalisations). David Trezeguet représente donc la Vieille Dame à travers le monde.


Christophe Dugarry: le consultant vedette


Il voulait marquer le premier et le dernier but de la Coupe du monde 98. Il n’était pas loin de réussir son pari, mais a manqué le coche face au Brésil. Depuis sa retraite en 2005, Christophe Dugarry est l’un de ceux qui a le mieux réussi sa reconversion dans le monde des médias. L’attaquant a en effet commenté des matchs sur la chaîne Canal + de 2007 à 2016. C’est cette année-là que le Français a finalement rejoint la Dream Team RMC pour animer sa propre émission, "Team Duga".


Thierry Henry: une nouvelle sélection, un nouveau Mondial


Auteur de trois buts lors de l’épopée de l’équipe de France, Thierry Henry est ensuite devenu le meilleur buteur de l’histoire des Bleus (avec 51 réalisations). Alors que l’ancienne vedette d’Arsenal a disputé trois éditions de la Coupe du monde avec la France, il s’apprête à en vivre une nouvelle… avec la Belgique. Il est en effet devenu l’adjoint du sélectionneur Roberto Martinez en août 2016 et s’est donc envolé pour la Russie avec les Diables Rouges. En outre, Thierry Henry tient depuis 2015 le rôle de consultant pour la chaîne britannique Sky Sports et a un contrat qui court au moins jusqu’en 2019.


Source: www.rmcsport.bfmtv.com

3 vues