Archéologie: en Egypte des archéologues ont découvert une tombe de 4400 ans

Des chercheurs égyptiens ont découvert un tombeau aux peintures murales rares. L’infrastructure daterait de 4 400 ans et aurait appartenu à une prêtresse de la cinquième dynastie du nom de Heptet.


Cette dernière prêchait pour la déesse Hathor, associée à la maternité, à la fécondité et à l’amour, et représentée par une vache. La trouvaille a été annoncée aux journalistes par les autorités égyptiennes samedi dernier.


Le tombeau est fait en briques crues. Les peintures sur les murs ont été bien conservées. Elles montrent Heptet en train de contempler différentes scènes de chasse et de pêche. Les dessins montrent également des images de singes en train de cueillir des fruits et danser devant un orchestre.


La découverte a eu lieu à proximité des célèbres pyramides du plateau de Gizeh, au sud du Caire. Les recherches ont été menées par Mostafa Waziri, le secrétaire général du Conseil suprême des Antiquités.


Des représentations colorées de scènes traditionnelles


« La tombe est en très bon état. Il y a des représentations colorées de scènes traditionnelles : animaux qui paissent, pêchent, attrapent des oiseaux, offrandes, sacrifices, soldats et cueillette de fruits », a déclaré le Dr Waziri.

« Ce type de scènes est rare […] Elles ont seulement été trouvées dans une tombe [datant de l’Ancien Empire] où une peinture montrait un singe danser devant un guitariste et non devant un orchestre », a-t-il précisé.

D’après le ministère égyptien des Antiquités, le décor de la tombe est caractéristique de cette époque.


Une seconde tombe ?


« C’est une zone très prometteuse. Nous nous attendons à faire d’autres découvertes. Nous avons retiré entre 250 et 300 mètres cubes de terre pour trouver la tombe », a affirmé le Dr Waziri qui pense d’ailleurs qu’il existe un second tombeau de Heptet. Notons que, jusqu’ici, la dépouille de celle-ci n’a pas encore été retrouvée.


Pour Evelyne Ferron, historienne spécialisée en histoire ancienne, l’intérêt de cette découverte consiste en ce qu’elle nous ramène « aux débuts de l’État pharaonique, l’époque pour laquelle on a le moins de documentation et de surcroît, qui a appartenu à une femme ». Elle l’a d’ailleurs qualifié de « remarquable parce que les femmes ne sont pas très illustrées en Égypte en général », particulièrement « pour cette époque-là ».


Elle a souligné que Heptet était non seulement une prêtresse, mais avait aussi « occupé des fonctions administratives au sein de l’État égyptien ».


Source: www.va.newsrepublic.net

2 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright