Recherche: des chercheurs modifient un gène défectueux sur des embryons humains, une première scient

Une équipe de chercheurs internationale est parvenue à "effacer" un gène défectueux sur un embryon humain, entraînant une maladie cardiaque sévère, en utilisant à l'outil révolutionnaire Crispr-Cas9. Une première révolutionnaire !


La manipulation génétique franchit un nouveau cap ! Selon une étude publiée ce mercredi 2 août sur la revue de référence Nature, une équipe de chercheurs internationale a réalisé un nouvel exploit utilisant l'outil révolutionnaire Crisper-Cas9, appelé vulgairement "ciseaux-génétique", et qui permet d'opérer un "copier-coller" dans le génome ! Ainsi, grâce à cette outil, les scientifiques sont parvenus à "effacer" chez des embryons humains une mutation génétique à l'origine d'une grave maladie cardiaque.


Pour les chercheurs, cette démonstration expérimentale est très prometteuse ! Si pour des raisons de législations, de sécurité et d'éthique, ces embryons manipulés n'ont pas vocation à être implantés, ils n'en restent pas moins un premier jalon au traitement de maladies génétiques. Selon les scientifiques, cette méthode pourrait en effet être appliquée à d'autres maladies génétiques. Ils précisent à cet effet que près de 10 000 maladies génétiques graves impliquent la mutation d'un seul gène. Une intervention sur ce dernier pourrait ainsi inverser la donne !


Paula Amato, l’une des auteurs de cette étude avec Shoukhrat Mitalipov (tous deux à l’Oregon Health and Science University, Portland), relayée par le quotidien LeMonde, souligne que "notre but est de guérir des maladies graves". Un postulat qui bute sur les nombreuses réserves sécuritaires et éthiques qui enserrent ce champ de recherches.


Selon la même source, l'un des auteurs de cette publication estime que la technique employée serait également susceptible d'être appliquée à beaucoup d'autres mutations génétiques telles que celles qui prédisposent aux cancers du sein et de l'ovaire. Son confrère tempère néanmoins en soulignant qu'il demeure encore une importante marge de progression dans l'efficacité de cette technique, dont le pourcentage de réussite s'élève à 72 %, avant d'envisager des essais cliniques.


Source: www.lesinfos.ma

0 vue

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright