Ces mots français que les Anglais affectionnent

Les Normands, ces conquérants du XIIe siècle qui ont traversé la Manche, ont laissé quelques traces dans la civilisation britannique. Adopté par l’élite anglaise de l’époque, le français a traversé les générations et serait à l’origine de 45 % du vocabulaire courant. En vivant en Grande-Bretagne, on se rend compte à quel point l’anglais en est imprégné.


Tantôt amusant, tantôt romantique, à la mode, tantôt un peu pédant ou même parfois décalé, l’usage du français dans le vocabulaire anglais est une petite note quasi quotidienne pour celui qui se prend au jeu de le repérer. Dans ce billet, quelques exemples vécus parmi les centaines existants.


Note : tous les mots français ou d’origine française sont cités dans le texte en gras. A chacun d’imaginer comment ils sonnent avec un accent anglais.


Le français des gourmets


Comme raconté dans un précédent billet, la cuisine anglaise s’est énormément renouvelée et les émissions consacrées à la gastronomie ne font que se multiplier sur les chaînes nationales. Véritable hobby de la classe moyenne anglaise (il faut tout de même avoir quelques moyens pour pouvoir s’adonner à la cuisine gastronomique en Angleterre…), les chefs télévisés abreuvent les spectateurs de terminologie francophone dans l’élaboration des recettes.


On blanche les mange-tout dix minutes et on met à cuire la viande avec un bouquet garni pendant une heure. Puis on élabore une sauce chasseur pour arroser le tout. En attendant la fin de la cuisson, on fait patienter avec quelques canapés. Le tout avec un lovely accent et cette petite remarque toujours très admirative pour la cuisine française, compliment malheureusement très rarement retourné par les confrères français à l’égard de la cuisine britannique.


J’ai voulu tester ma propre capacité d’influence. Un jour, innocemment, lors d’une de ces conversations pâtissières que les Anglaises affectionnent tant (oui Anglaises : peu d’Anglais de mon entourage sont portés sur la question), j’ai placé le mot clafoutis et décrit en quelques phrases la particularité de cette recette. Mes interlocutrices, piquées dans leur curiosité, intriguées, y sont allées de leurs propres recherches dans les quelques livres de cuisine qu’elle possédaient. Et depuis ce jour, le clafoutis est devenu très trendy (à la mode) dans mon petit village du Yorkshire.


Le français des cercles intellectuels


Placer avec une fausse innocence quelques mots français au détour de conversations politico-historico-socio-écomiques a aussi quelque chose de très valorisant dans les cercles intellectuels. Avec un air très naturel, on place un blasé ou un déjà-vu en évoquant une situation récurrente et ennuyeuse, une routine quoi. Quoi de plus smart (intelligent) que de maîtriser la langue de Molière et ses subtilités ?


Parfois même, les Anglais utilisent des mots dans leur sens figuré quand, en France, ils sont utilisés principalement dans leur sens littéral. Here comes étiquette. A qui on a tout de même subtilement coupé l’accent aigu en anglais et qui pourrait presque passer pour un original.


Si, en France, l’étiquette reste encore très majoritairement utilisée dans son sens littéral pour désigner une marque sur un contenant et en indiquer son contenu, en Angleterre, le mot etiquette relève du sens figuré : comportement social, appartenance politique, voire déontologie.

Grâce aux miracles de la traduction en contexte, habileté développée par le cerveau humain et particulièrement utile à l’expatrié, on comprend rapidement la signification de l’etiquette à l’anglaise, qui ne colle pas au bocal mais plutôt à l’esprit.


Le français du monde économique


Pauvre être que je suis, isolée dans mon petit village du Yorkshire, je ne représente pas la grande majorité de la population française installée en Angleterre. En effet, selon les statistiques, la plupart de mes compatriotes ont choisi la région de Londres pour s’établir et nombre d’entre eux travaillent à la City, première place financière mondiale.


Les analystes économiques, particulièrement sollicités depuis quelques mois, à l’aube du Brexit, affectionnent également le vocabulaire français quand il s’agit d’évoquer les tendances actuelles. Les niches, que l’on n’utilisera pas ici pour parler de nos amis canins, sont utilisées au sens figuré : on parle d’opportunités économiques, de marchés à conquérir. On guette les nouvelles vagues, ces courants de pensées, ces comportements nouveaux qui laissent entrevoir de nouvelles idées commerciales à lancer.


L’Angleterre est le royaume de l’auto-entreprenariat. Les self-employed ont la vie douce : démarches simplifiées pour la création d’entreprise, grilles de taxations par paliers, déclarations simples et rapides… L’entrepreneur a le vent en poupe et il représente une part importante de la population active. C’est d’ailleurs ce mot là que l’on utilise pour caractériser cette catégorie de la population qui soutient l’innovation et la créativité nationales.


Le français revisité


Si certains mots sont encore très clairement marqués de leurs origines françaises, un certain nombre d’entre eux ont été tellement bien assimilés qu’ils ont même été déclinés. Et l’exemple qui me vient de suite à l’esprit, c’est bizarre ! Les Anglais l’utilisent à tour de bras, pour exprimer tout comme en français un étonnement, une interrogation.


Et qui plus est, il se décline en adverbe à la sauce anglophone. Le bizarre devient un bizarrely et semblerait presque avoir toujours fait partie du vocabulaire britannique.


A un tel point que la première fois que j’ai relevé cette déclinaison, étonnée, je me suis permis de dire à mon interlocuteur que l’origine du mot était française. Et avec cet humour pince sans rire tout à fait anglais, qui vous laisserait parfois pantois tant il peut être déconcertant, j’ai eu comme réponse : ah non, c’est vous avec vos Normands envahisseurs qui avez remporté dans vos valises des mots anglais ! Qui de l’œuf ou de la poule… ?


Voilà ! Le french a la cote de ce côté de la Manche. Basée sur mon vécu, la liste est loin d’être exhaustive et mes compères expatriés pourront sans aucun doute étayer ce pot pourri !


Source: www.blog.courrierinternational.com

3 vues

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright