Les Etats-Unis demandent désormais aux touristes de montrer leur compte Facebook

Cette requête, facultative, a été ajoutée au formulaire en ligne demandé aux ressortissants des pays exemptés de visa, dont fait partie la France.

Un compte Facebook à déclarer ? Depuis le 20 décembre, les personnes souhaitant se rendre aux Etats-Unis sont invitées à fournir leurs noms d'utilisateurs sur les réseaux sociaux, rapporte Politico .


Cette requête « facultative » vise à « recueillir des informations liées à la présence en ligne », a confirmé auprès du site d'information un responsable gouvernemental. Les Etats-Unis cherchent à « identifier des menaces potentielles », à repérer les individus ayant des liens avec des groupes terroristes comme l'Etat islamique.


Les voyageurs concernés sont ceux arrivant dans le pays par le programme d'exemption de visa , qui permet aux citoyens de 38 pays (dont la France) de voyager aux Etats-Unis pour une période de 90 jours. Malgré cette exemption, une demande dans le système électronique d'autorisation de voyage (ESTA) est toujours requise : c'est dans ce formulaire qu'a été ajoutée la nouvelle requête.


Le nom d'utilisateur de Facebook, Twitter et Instagram demandé

Intitulée « Informations des médias sociaux », la demande comprend un menu déroulant qui répertorie les plateformes en ligne comme Facebook, Google+, Instagram, LinkedIn, Twitter, Youtube. Seul le nom d'utilisateur associé est demandé, et pas le mot de passe, ce qui laisse penser que seules les informations rendues publiques seront accessibles à la douane.


Capture d'écran du formulaire en ligne sur www.estausa.com

Une menace pour le droit à la vie privée


Révéler ces informations est « optionnel », précise le formulaire, et sauter cette étape ne serait pas une raison suffisante pour entraîner un refus d'entrée sur le territoire, d'après le gouvernement. Mais quel voyageur se risquera à les masquer, au risque de passer pour un individu ayant des choses à cacher ?


Cette nouvelle politique du gouvernement américain avait soulevé une vague de critique dès sa proposition par le gouvernement, en juin dernier, précise Politico. L'Internet Association , qui représente des entreprises telles que Google, Facebook, LinkedIn et Twitter, s'était jointe à l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) afin de dénoncer les atteintes possibles à la liberté d'expression et au droit à la vie privée.


Le CDT (Center for Democracy and Technology), association dédiée à la protection des droits sur Internet, s'inquiétait également que le gouvernement recueille « des informations très sensibles sur les opinions, les croyances, la communauté » des internautes.


La mesure maintenant concrétisée, défenseurs des droits comme géants de la tech s'indignent que l'administration Obama n'ait pas tenu compte de leurs inquiétudes. « Il y a très peu de règles encadrant la façon dont ces informations sont recueillies, stockées, diffusées à d'autres structures, et il n'existe aucune directive sur la limitation de l'utilisation de ces informations par le gouvernement », pointe Michael W. Macleod-Ball, de l'antenne de Washington de l'UCLA, interviewé par Politico.


Cette nouvelle collecte d'information pourrait être particulièrement préjudiciable aux communautés arabes ou musulmanes, soumises plus que d'autres à une fouille approfondie, craignent les opposants. Ceux-ci s'inquiètent également que cette décision inédite des Etats-Unis soit copiée par d'autres pays.


Source: www.lesechos.fr




0 vue

Les infos santé qui peuvent vous intéresser

Articles qui peuvent vous intéresser !

D'autres infos sur l'automobile

Fmt@2020 Copyright