top of page

Leïla Slimani remporte le prix Goncourt 2016 pour son roman "Chanson douce"

LITTÉRATURE - Belle consécration pour l’auteur franco-marocaine Leïla Slimani, qui vient de remporter le prix Goncourt 2016 pour son roman Chanson douce (Gallimard).

L'auteur et journaliste était en lice pour le prestigieux prix aux côtés de Catherine Cusset avec L’autre qu’on adorait (Gallimard), Gaël Faye avec Petit pays (Grasset) et Régis Jauffret avec Cannibales (Seuil).


Chanson douce (Gallimard) est le deuxième roman de Leïla Slimani, librement inspiré d’un tragique fait divers new-yorkais. La romancière dissèque au scalpel les rapports parents/nounou.


"Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant. 'Le bébé est mort', c'est ainsi que commence le livre de la romancière née au Maroc", écrit le Huffington Post France.


A travers cette oeuvre, "c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation", comme l'explique l'éditeur de Leïla Slimani. L'auteure remonte le cours du temps et tire un à un les fils de la tragédie.


Le premier roman de Leïla Slimani, Dans le jardin de l'ogre, avait déjà concouru en 2014 pour le prix de Flore mais n'avait finalement pas été choisi par le jury. Il avait néanmoins remporté le prix littéraire de La Mamounia au Maroc en septembre 2015 et devrait être adapté prochainement au cinéma.


Décerné depuis 1903, le Goncourt est le prix littéraire français le plus ancien et le plus célèbre. Composé de dix jurés, la société littéraire du Goncourt est présidée par Bernard Pivot.


Elle succède ainsi à Mathias Enard, lauréat 2015, récompensé pour son roman "Boussole". En tant qu'auteur marocaine, Leïla Slimani succède à Tahar Ben Jelloun, seul auteur marocain à avoir remporté le Goncourt du roman avec La nuit sacrée en 1987. L’écrivain Fouad Laroui avait remporté en 2013 le Goncourt de la nouvelle pour L’étrange affaire du pantalon de Dassoukine, tandis qu'en 2009, le Goncourt de la poésie était revenu à Abdellatif Laâbi pour l’ensemble de son oeuvre.


17 vues