En dix ans, le nombre de Français expatriés a augmenté de 35%

Expatriation. Une enquête IPSOS–Banque Transatlantique, parue ce lundi, révèle que la France ne manque pas à 55% des Français expatriés. Leur nombre a augmenté de 35% en dix ans, d’après le rapport de la sénatrice Hélène Conway.

La France perdrait-elle de son attractivité pour ses ressortissants ? Le rapport d’Hélène Conway-Mouret, sénatrice PS des Français établis hors de France, paru en juillet dernier, révélait qu’en dix ans, le nombre de Français avait considérablement augmenté, avec une hausse de 35% des inscriptions sur les registres des Français établis hors de France, avec une hausse d’en moyenne 3% par an. Ils sont désormais plus de 2,5 millions à vivre à l’étranger.


3% de ces Français expatriés sont étudiants, 15% retraités et les trois-quarts sont actifs. Parmi ces derniers, 80% travaillent pour un organisme public ou une entreprise étrangère. Les trois-quarts des Français résidant à l’étranger y vivent depuis plus de six ans, et 77% sont en couple.


La France ne manque pas à 55% des Français expatriés


A la question « Diriez-vous que la France vous manque ? » posée par l’enquête Ipsos, 55% d’entre eux répondent que non, même si 98% indiquent trouver important de transmettre leur culture française à leurs enfants.


Une meilleure qualité de vie à l’étranger


La France est-elle encore un pays où il fait bon vivre ? Ces Français expatriés saluent une « meilleure qualité de vie » ou « un meilleur niveau de vie » ainsi que « des opportunités professionnelles plus nombreuses » qu’ils rencontrent en vivant à l’étranger, notamment à Singapour, en Suisse et au Canada. 7% seulement évoqueraient un « régime fiscal plus favorable ».

D’après la huitième édition du HSBC Expat Explorer, si Singapour est la destination favorite des expatriés mondiaux, pour sa qualité de vie et sa sécurité, la France n’est, elle, qu’en 29e position (et 32e pour son économie).


54% des Français expatriés pensent revenir en France dans plus de cinq ans


L’enthousiasme n’est pas flagrant à l’idée de revenir en France pour une bonne partie de ces ressortissants vivant à l’étranger. Un tiers indique revenir « d’ici deux à cinq ans » mais 54% estiment revenir « dans plus longtemps ». Un retour qui inquiète 42% d’entre eux, en raison des difficultés administratives engendrées par les démarches induites.


Source: www.valeursactuelles.com/

4 vues
Pour utiliser notre forum, inscrivez-vous et lancez votre sujet de discussion !