Retrouver un contrat de travail après 50 ans: le portage salarial est-il fait pour moi?

Mis à jour : il y a 3 jours

Se faire embaucher après 50 ans… on est d’accord, ce n’est pas gagné. Faute de décrocher un cdi ou un cdd, de nombreux de cadres se métamorphosent en consultants et recourent au portage salarial. Avantages: peu de paperasse et une bonne couverture sociale.



Qu’est-ce que le portage salarial ?


Sur le principe, c’est assez simple: un contrat tripartite vous lie à la société de portage et à une entreprise cliente que vous aurez la charge de trouver. Le dispositif a été créé dès 1988 en France pour permettre à des cadres d’exercer des missions de consultants dans des entreprises tout en ayant le statut de salarié avec sa couverture sociale.


Pourquoi le portage salarial s’est-il développé? Parce que beaucoup d’entreprises préfèrent payer une prestation qu’embaucher (même en CDD).


En pratique, la société de portage vous embauche, en CDD ou CDI, facture le client (l’entreprise qui achète vos prestations de services), et enfin vous verse un salaire.


Vous êtes libre de fixer les tarifs de vos prestations avec le client final (au-delà d’un certain seuil).


Pour qui ?


Cette formule est réservée à des prestations intellectuelles (conseil, management de transition). Le taux journalier facturé ne peut être inférieur à 250€ (280 € sur un temps partiel) et la durée d’une mission ne peut excéder 36 mois. Les professions réglementées (avocats, médecins, pharmaciens, coiffeurs, notaires) et les activités commerciales ne sont pas éligibles au portage salarial, pas plus que les services à la personne. Environ 80.000 actifs en France sont « portés » par quelque 700 sociétés.



Combien ça coûte?


Les frais de gestion prélevés par les sociétés de portage sont variables, en général entre 5% et 10% du chiffre d’affaires (CA) apporté. Les cotisations patronales sont ensuite prélevées, à hauteur de 42 à 46%. Pour obtenir le salaire net perçu, il faut encore retrancher environ 22% de cotisations sociales salariales. Le montant viré sur votre compte correspondra généralement à 45% à 50% de votre chiffre d’affaires.


Quels sont les avantages pour vous ?


Le système du portage évite d’avoir à créer une société et permet de déléguer les tâches administratives (facturation, déclarations trimestrielles, déclarations de TVA, archivage des documents contractuels). D’autre part, il permet de cotiser pour l’assurance chômage et la retraite au régime général, et de se garantir les droits dont dispose un salarié. Les bénéficiaires d’une allocation de retour à l’emploi peuvent continuer à la percevoir, comme les micro-entrepreneurs par exemple, quand ils ont peu ou pas de chiffre d’affaires.


Comment choisir sa société de portage salarial ?


« Il faut prendre garde aux contributions prélevées par l’entreprise de portage », prévient Sylvain Monnier. Il créé la Fedeps, une association de défense de salariés en portage et dénonce la pratique de certaines entreprises « dont plusieurs ont pignon sur rue », consistant à alourdir les contributions patronales, souvent sous une ligne peu explicite comme « Autres contributions dues par l’employeur ».


Une société a ajouté des consommations d’eau, d’électricité, des frais de domiciliation, d’autres une assurance RC ou des frais d’avocats dans les contributions patronales. Alors qu’elles devraient faire partie des frais de gestion. Une quinzaine de plaintes ont été déposées contre diverses sociétés et plusieurs enquêtes préliminaires sont en cours en France.


Bref, au-delà de 46% de cotisations patronales sur votre feuille de paie, soyez vigilant. La Fedeps annonce un label qui permettrait d’identifier les sociétés ayant une bonne gestion.


Elle invite les acteurs du marché à se faire auditer (sur la base des feuilles de paye délivrées) et a déjà décerné son label à une dizaine d’entreprises.


Source: www.notretemps.fr

Fmt@2020 Copyright