Le départ en retraite accroît le niveau de vie des moins aisés

L'Insee a étudié l'évolution des revenus de la génération ayant pris sa retraite en 2013. Pour ceux qui faisaient partie des 10 % les plus aisés, la retraite s'est traduite par une baisse du niveau de vie en moyenne de 27 % entre 2010 et 2016.


A l'inverse, les personnes appartenant aux 10 % les plus modestes ont vu leur niveau de vie grimper de 69 %.


Comment le départ en retraite affecte-t-il le niveau de vie des seniors ? La question a toute son actualité, en plein examen du projet de loi sur les retraites à l'Assemblée.


Pour y répondre, l'Insee s'est penché sur la génération de 758.000 personnes qui a pris sa retraite en 2013, pour étudier son niveau de vie trois ans avant le départ et trois ans après.


Cette étude, publiée mercredi, fait ressortir une grande diversité d'évolutions, selon la situation dans laquelle se trouvaient les ménages avant de prendre leur retraite.


Pour ceux qui faisaient partie des 10 % les plus aisés, la retraite s'est traduite par une baisse du niveau de vie en moyenne de 27 % entre 2010 et 2016. A l'inverse, les personnes appartenant aux 10 % les plus modestes ont vu leur niveau de vie grimper de 69 %.


Situations contrastées sur le marché du travail


« Ces différences reflètent des situations contrastées sur le marché du travail », explique l'Insee.


Dans le premier décile de niveau de vie, seuls 37 % des ménages percevaient des revenus du travail en 2010, contre 85 % des individus du dernier décile. En moyenne, seul un retraité sur trois travaillait encore l'année précédant la liquidation de ses droits .


La retraite s'accompagne ainsi d'une hausse du niveau de vie moyen pour les 40 % de ménages les moins aisés. Cette évolution tient à l'existence de prestations en matière de retraite parfois plus généreuses que pour la période de vie active.


En 2015, le minimum vieillesse s'élevait à 800 euros, soit 286 euros de plus que le RSA. Cumulée aux aides au logement, cette prestation permet à un grand nombre de retraités de sortir de la catégorie des plus pauvres.


Taux de pauvreté inférieur chez les retraités


Les chiffres le montrent : alors que 10 % des nouveaux retraités de 2013 se situaient en dessous du seuil de pauvreté avant de liquider leur retraite, ils n'étaient plus que 7 % dans cette situation trois ans après. Par comparaison, le taux de pauvreté à l'échelle nationale se situe autour de 14 %.


« Peu de personnes basculent dans la pauvreté après la retraite, observe l'Insee. 3 % des nouveaux retraités de 2013 dont le niveau de vie était supérieur au seuil de pauvreté en 2010 sont pauvres en 2016. »


Ceux qui subissent une perte de revenus tentent parfois de compenser en cumulant emploi et retraite .


Ce cumul ne dure souvent que quelques années. Un an après le départ en retraite, 30 % des nouveaux retraités perçoivent encore des revenus du travail, mais ils sont seulement 15 % dans cette situation trois ans plus tard. Les personnes diplômées y ont plus souvent recours : elles sont 22 % à cumuler un emploi avec leur retraite, contre 11 % pour les non diplômées.


Progression continue


Cette étude de l'Insee ne dit pas comment l'impact du passage à la retraite sur le niveau de vie a évolué dans le temps.


Dans une précédente note datant de novembre 2018, l'institut avait montré que le niveau de vie des jeunes retraités avait progressé de façon continue, jusqu'à la dernière génération, celle née après 1951, déjà touchée par les mesures d'âge.


Aujourd'hui, le niveau de vie des seniors reste de 3 % supérieur en moyenne à celui des 25-64 ans.


Source: www.lesechos.fr

209 vues
Fmt@2020 Copyright