Frauder le fisc : une très mauvaise idée !

Mis à jour : il y a 4 jours

La lutte contre la fraude rapporte beaucoup à l’État qui n’hésite pas à acquérir de nouveaux outils très performants. À l’aide de l’intelligence artificielle, le fisc repère très rapidement les fraudeurs. Comment fonctionnent ces outils du futur ?



Les outils redoutables du Fisc


S’en est fini de frauder, le fisc a décidé de se donner tous les moyens pour lutter contre ce fléau. Ainsi muni de nouveaux outils surpuissants, il peut surveiller le moindre mouvement d’argent.


À l’aide de l’intelligence artificielle et d’algorithmes, la Mission requêtes et valorisations de la Direction générale des finances publiques peut modéliser des portraits types des fraudeurs.


L’un des employés s’amuse de ces nouveaux outils : « On brasse des centaines de millions de données pour détecter des incohérences, signes de probables fraudes. Et nos outils sont de plus en plus performants », dévoile-t-il dans Capital.


Utilisé depuis 2017, ces robots « sont à l’origine de 22% des contrôles fiscaux déclenchés en 2019, contre 2% en 2016. Nous visons les 50% d’ici 2022 », confie Philippe Schall, dirigeant de la Mission.


Le Fisc fait la chasse aux fraudeurs


Depuis que Gérald Darmanin est aux commandes du ministère de l’Action et des Comptes publics, il a fait de la lutte contre la fraude, sa priorité. Cette lutte est très bénéfique, puisque l’État a gagné pas moins de 9 milliards d’euros en 2019 et ce montant n’est pas près de baisser.


Les algorithmes peuvent fouiller dans des données jusqu’alors inaccessibles que le fisc peut étudier. Déclarations fiscales, contrats d’assurance-vie, les comptes bancaires, le travail au noir et même des informations venant de l’étranger sont scrutées à la loupe !


Attention, les vidéos publiées sur les réseaux sociaux sont aussi des preuves suffisantes pour épingler un fraudeur. Rien n’échappe à ces nouveaux outils dont les résultats sont impressionnants.


Bien entendu, le Code des impôts reste encore d’actualité et à été révisé par décret en 2019 ! Celui-ci stipule qu’ « En cas de disproportion marquée entre le train de vie d’un contribuable et ses revenus, la base d’imposition à l’impôt sur le revenu est portée à une somme forfaitaire déterminée en appliquant à certains éléments de ce train de vie le barème ci-après. »


Source: www.letribunaldunet.fr

Fmt@2020 Copyright