Anticiper l'échec serait la clé du succès, selon cet ancien professeur à Harvard

Mis à jour : il y a 2 jours

Anticiper l'échec pourrait être la clé du succès des startups. C'est ce que Noam Wasserman a conclu après avoir étudié 16 000 startups sur une période de 20 ans.


Ancien professeur de la Harvard Business School et actuel doyen de la Sy Syms School of Business de l'université Yeshiva, il a axé ses recherches sur les premières décisions que prennent les fondateurs de startups, et sur la façon dont ces choix influent sur les chances de succès de leur entreprise.


Lors du Business Insider Prime Live Event, Noam Wasserman a déclaré que l'adoption d'une approche proactive — en déterminant les raisons possibles de l'échec de votre entreprise — peut aider les fondateurs à se préparer à relever ces défis.


Ces conseils semblent pertinents, sachant que la plupart des nouvelles entreprises présentent un haut risque d'échec.


Au moins la moitié des startups échouent, selon la société d'investissement mondiale Cambridge Associates, ce qui signifie qu'elles offrent aux investisseurs un rendement nul, voire négatif. Et les données de la US Small Business Administration, une agence indépendante américaine dont la vocation est d'assister les petites entreprises, montrent que seulement la moitié des petites entreprises durent au moins cinq ans.


Si vous pouvez vous préparer à l'avance aux défis qui vous attendent, vous serez plus à même de les relever quand ils se présenteront.


Les premières décisions des entrepreneurs affectent souvent leur entreprise des années plus tard


Selon Noam Wasserman, il est important que les fondateurs de startups réfléchissent soigneusement aux choix qu'ils font, avant même de lancer leur projet : en effet, la plupart des entrepreneurs "verront des échos" de leurs premières décisions plus tard.


Par exemple, il a constaté qu'un tiers des jeunes entreprises divisent le capital de leur startup en parts égales. Bien que cela puisse sembler juste, il est important de considérer ce qui arrivera si un membre de votre équipe fondatrice décide, des années plus tard, qu'il n'a plus de temps ou d'intérêt à consacrer à l'entreprise.


Noam Wasserman recommande ainsi aux fondateurs de créer plutôt une entente "dynamique", qui précise ce qui arrivera aux actions d'un fondateur qui, pour une raison quelconque, s'éloignerait du projet.


Que vous décidiez comment structurer votre équipe ou comment lancer votre premier produit, un exercice de réflexion appelé "pre-mortem" peut vous aider à anticiper les obstacles potentiels.


Dans la Harvard Business Review, le psychologue Gary Klein définit la pre-mortem comme le contraire du post-mortem (où les professionnels de la santé tentent de déterminer ce qui a causé la mort d'un patient).


Voici comment cela fonctionne : quand vous vous préparez à fonder une entreprise, imaginez, des années dans le futur, que votre projet a complètement échoué. Essayez alors de trouver toutes les raisons possibles de l'échec.


L'objectif est de préparer votre équipe à détecter les premiers signes de difficultés, au lieu de supposer que tout ira bien.


Un business plan peut vous aider à rester fidèle à votre vision initiale


La planification passe par la rédaction d'un business plan. Des études portant sur des milliers de jeunes entreprises indiquent qu'un tel plan peut augmenter les chances de succès.


Comme Deepak Hegde, professeur associé de gestion à l'université de New York, l'a déclaré à Business Insider US, le fait d'avoir un business plan peut aider les fondateurs de startups à attirer des investisseurs.


"Pour réussir, il faut de l'argent", rappelle-t-il. "Mais pour obtenir de l'argent, vous devez montrer une preuve de la probabilité de votre succès."


Même si vous n'obtenez pas de capitaux extérieurs, il est toujours utile d'avoir un business plan. Avant de quitter son emploi de cadre dans une banque, Cate Luzio a rédigé un business plan pour sa start-up Luminary NYC.


Elle explique que son plan l'aide à rester fidèle à sa vision initiale : créer un espace où les femmes professionnelles peuvent apprendre et travailler.


"Pour moi, il s'agit de rester concentrée sur ce que vous avez l'intention de construire, et de ne pas laisser les bruits vous atteindre", a déclaré Cate Luzio à Business Insider. "Vous aviez une raison de démarrer votre entreprise, alors continuez ainsi." Luminary a maintenant plus de 600 membres individuels et plus de 20 membres corporatifs.


Ainsi, même s'il peut sembler inutile de créer un plan d'affaires ou d'entamer une conversation avec vos cofondateurs au sujet d'une division dynamique du capital, il se peut que vous vous remerciiez plus tard de l'avoir fait.


Comme le souligne Noam Wasserman, les fondations chancelantes d'une entreprise ont une incidence sur ses chances de survie à long terme. Dans les dernières étapes de l'entrepreneuriat — lorsque vous essayez de vous étendre à l'échelle internationale, ou de lancer un deuxième produit — vos toutes premières décisions reviendront vous hanter.


"Ce n'est qu'à ce moment-là que vous pourrez apprécier les premières étapes", conclut le professeur.


Source: www.businessinsider.fr

Fmt@2020 Copyright