Comment recadrer un collaborateur sans le démotiver ?


Erreurs à répétition, désengagement, retards... Parfois, les managers doivent recadrer leurs collaborateurs. Mais comment faire sans que cela soit pris comme une incitation à prendre la porte ?

"Recadrer, c’est un acte de management fort, pour rappeler les règles ou repréciser les objectifs mais aussi pour réorienter et remettre dans le droit chemin, et pas uniquement rappeler à l’ordre !", explique Christine Benoit, auteure de Recadrer sans démotiver.

En effet, même si le verbe manager a à voir avec la notion de dressage, le management façon père de famille qui sermonne n'est plus - ou ne devrait plus être - d'actualité en entreprise. Il faut donc remonter les bretelles sans paraître autoritaire et injuste.

"Sur le terrain, c’est un exercice difficile pour les managers, qui souhaitent préserver une bonne ambiance de travail et éviter les tensions et les conflits", souligne Christine Benoît. Difficile mais pas impossible !

Recadrer à froid

Il ne faut jamais, ô grand jamais, faire des remarques à votre collaborateur sous le coup de l'énervement.

Vous êtes peut-être mal luné et avez enfin envie de passer un savon à ce collaborateur agaçant mais résistez à la tentation... Avant de l'incendier, il faut au contraire accumuler des éléments factuels.

Si vous vous êtes fait une opinion de cette personne par les propos de ses collègues, méfiez-vous des ragots.

Evitez aussi de dire : "Il paraît que l'autre jour, tu étais encore en retard..." Le collaborateur voudra savoir qui l'a balancé, rien de mieux pour pourrir l'ambiance du bureau.

Si vous recadrez un collaborateur à chaud, vous serez probablement agressif et accusateur. Vous créerez un sentiment d'injustice démotivant le salarié. L'inverse de ce que vous vouliez faire.

Etre juste

Tout comme il faut éviter de recadrer votre collaborateur uniquement d'après ce que ses collègues disent de lui, évitez de généraliser et d'exagérer les torts du collaborateur.

Les phrases du genre : "Tu es toujours en retard", "On ne peut jamais compter sur toi" ou "Tes dossiers ne sont jamais rendus en temps et en heure" amèneront forcément le salarié à se défendre et à répondre point par point aux critiques.

S'il s'avère qu'il a été en retard une fois dans le mois ou qu'il n'a pas pu terminer un dossier car il était malade, vos critiques feront pschitt et votre autorité sera à jamais sapée...

Une critique pour un compliment

Si vous êtes un lecteur assidu de Cadreo vous devez déjà connaître le "crap sandwich". Pour les autres, s'il y en a, ce terme signifie "sandwich de foutaises" ou mieux, "sandwich de compliments".

En clair, pour faire passer vos critiques, il faut l'enrober d'un bonbon de compliments.

Un exemple ? "Ta dernière présentation Stéphanie, vraiment une réussite. En revanche, il y a un ou deux points qui me chiffonnent, j'aimerais qu'on en parle".

Expliquer les conséquences de cet entretien

Pour que l'entretien de recadrage ait des conséquences positives, il faut prendre des engagements forts avec votre collaborateur.

Demandez-lui d'agir pour améliorer ce qui peut l'être et, si nécessaire, dites-lui qu'ensuite cela pourra avoir des conséquences disciplinaires plus lourdes avec les ressources humaines.

Source: www.cadreo.com


Archives de nos articles

Fmt@2020 Copyright