Véhicule propre : Volkswagen veut être le champion du véhicule électrique


Le constructeur Volkswagen entend mettre le paquet sur l’électrification automobile. Pas moins de trois usines seront dédiées à la production de véhicules électriques. Ironie de l’histoire, ces usines nécessiteront moins d’ouvriers qui seront reversés auprès des usines Porsche.

Le véhicule électrique, nouvel Eldorado ou rédemption pour Volkswagen ? Un peu des deux. Il est clair que le constructeur entend mettre les moyens qu'il faudra sur la transition énergétique, histoire de faire oublier le scandale du diesel qui n'en finit pas.

Petit retour en arrière, au mois de mars dernier, à une époque où le groupe automobile Volkswagen dévoilait sa stratégie ambitieuse dans la course au véhicule électrifié. L'objectif : “Sortir 30 modèles de véhicules hybrides rechargeables et 50 modèles de véhicules 100 % d'ici 2030.” À compter de 2025, la capacité de production devra atteindre plus d'un million de véhicules électriques par an dans le monde. Pour réaliser la Roadmap E, nom de guerre de ce plan, et supporter la transition depuis les véhicules thermiques, Volkswagen va poser 25 milliards de dollars sur la table.

Mais pour réussir, il faut également posséder l'outil industriel. C'est désormais chose faite. Volkswagen a désigné trois usines qui serviront uniquement à produire des véhicules électriques à partir de 2022.

La principale, Zwickau, “sera au cœur du déploiement du réseau de production électrique mondial” avec une production de 330 000 véhicules électriques par an.

Produisant actuellement les Golf et Golf SW (break), Zwickau sera la première usine à être convertie à la mobilité électrique. C'est le modèle I.D, basé sur la nouvelle plateforme modulaire électrique dit MEB, qui sortira de ses chaînes de production. Par la suite, six autres modèles de trois marques du groupe verront le jour à partir de 2021.

Outre Zwickau, les usines de Hanovre et Emden seront dédiées à la production de véhicules électriques à compter de 2022. Là encore, les productions actuelles de ces deux usines seront transférées dans d'autres unités du groupe.

Transition écologique, mais casse sociale

Malheureusement, cette transition écologique bonne pour la planète l'est moins pour les employés de Volkswagen. En effet, comme l'explique Gunnar Kilian, membre du directoire du groupe en charge des ressources humaines, “il y a moins d'étapes de production dans la fabrication d'un véhicule électrique, nous aurons donc besoin de moins de salariés dans le site (…)”.

Sur les usines de Hanovre et Emden, l'emploi sera garanti jusqu'en 2028. En revanche, les salariés temporaires ne bénéficieront pas “d'emploi à long terme”. Pour autant, le groupe Volkswagen ne compte pas les abandonner. Gunnar Kilian a annoncé que le constructeur proposera “des CDI au sein des usines Porsche à Zuffenhausen, Ludwigsburg et Sachsenheim et, dans une certaine mesure, également à l'usine Volkswagen de Kassel”. Comme l'indiquent nos confrères du Parisien, Porsche est plutôt bien portant — merci aux 911, Cayenne et Macan — avec un chiffre d'affaires de 23,5 milliards d'euros, soit une augmentation de 5 % en 2017. Mais là aussi, le constructeur compte produire des bolides électriques à compter de 2025.

Source: www.lesnumeriques.com


Fmt@2020 Copyright