Mariage : pourquoi lance-t-on du riz sur les mariés ?


Avec l'été vient le temps des mariages. Qui n'a jamais participé à un lancer de riz à la sortie d'une église ? Et pourtant qui saurait l'expliquer ? Le Figaro revient sur son origine.

Vous avez enfin été invité au mariage d'une cousine cet été, et vous l'imaginez déjà, rayonnante à la sortie de l'église, sous une pluie de flocons de riz. Pourtant, la mariée est formelle: pas de riz à l'issue de la cérémonie, vous devrez vous contenter de pétales de rose ou de bulles de savon. Or vous savez bien qu'elle a tort: quoi de mieux que le symbole de la fertilité pour commencer sa vie à deux ? Explications.

La tradition du lancer de riz remonte à un rite païen antique, qui consistait à lancer des graines de céréales sur les jeunes mariés, pour garantir leur bonheur et assurer leur descendance. En effet, la moisson et la fertilité étaient toutes deux représentées par la déesse grecque Déméter (ou Cérès pour les Latins), image de prospérité. Composante essentielle d'un grand nombre de cultures, le riz a fini par s'imposer.

Dans le reste du monde

Outre la France, de nombreux pays asiatiques partagent cette coutume matrimoniale. En Inde, la mariée devait faire trois fois le tour de l'autel, pour recevoir à chaque fois une poignée de riz. La culture hindoue veut également que lorsqu'une femme pénètre pour la première fois dans sa future demeure, du riz soit versé sur le seuil. Plus au sud, en Indonésie, le riz était censé protéger l'âme des jeunes époux des griffes du Diable, trop occupé à le manger.

Introduit en Europe au Moyen Âge seulement, le riz n'en reste pas moins un élément essentiel de l'alimentation occidentale. Cultivé au Piémont italien, il était utilisé au XIXe siècle par les jeunes cavaliers pour signifier aux dames qu'elles leur plaisaient! Si aujourd'hui cette tradition s'est perdue, il demeure celle de jeter du riz sur les mariés.

Pourtant, pour des questions écologiques et d'entretien, les municipalités ont peu à peu eu raison de cette tradition. Le riz a désormais laissé place aux pétales de rose et aux confettis, sans perdre au change.

Source: www.lefigaro.fr


Archives de nos articles

Fmt@2020 Copyright