Déroulé du défilé et histoire du 14 juillet !


Les Etats-Unis à l'honneur pour le centenaire de l'engagement américain dans la 1re guerre mondiale.

Le 14 juillet, histoire d'une Fête nationale

Le 14 juillet est associé à la prise de la Bastille et à l'insurrection populaire de 1789. En le promulguant Fête nationale en 1880, la IIIe République choisit de retenir officiellement la date du 14 juillet 1790, jour de la fête de la Fédération. Dans les faits, les Français fêtent traditionnellement ces deux dates emblématiques de leur histoire associée à la République.

Les "14 juillet" emblématiques : 1880, 1890, 1919, 1945…

Si le 14 juillet commémore la victoire d'une ère nouvelle sur l'Ancien Régime, la fête nationale a subi, au cours des siècles, les aléas de l'histoire. Retour sur quelques 14 juillet emblématiques du Second Empire à nos jours.

1870-1880 : Le 14 Juillet "HORS LA LOI" ?

Dans les années 1870, marquées par la défaite du Second Empire et la répression sanglante de la Commune de Paris, la nature du régime reste incertaine : la France évoluera-t-elle vers une monarchie, une République censitaire ou une véritable République démocratique ?

Thiers, en 1872, interdit la moindre esquisse de fête nationale républicaine. Une circulaire confidentielle déclare même le 14 juillet "hors la loi [car] il est probable que les anniversaires des 14 et 15 juillet servent de prétexte à des réunions et banquets politiques". La République se devait d'être modérée et, surtout, aurait dû, selon les vœux de Thiers, être censitaire (seul celui qui payait le cens - l'impôt - pouvait être électeur ou éligible).

La fête nationale du 30 juin 1878

Pourtant, à la fin de cette période, plusieurs cérémonies installent le rituel de la fête républicaine. A l'occasion de l'Exposition universelle qui se tient à Paris, le ministère de l'Intérieur organise la fête nationale du 30 juin 1878, dite "fête de la paix et du progrès", marquée par l'omniprésence du drapeau tricolore et immortalisée par le peintre Monet (La rue Montorgueil, La rue Saint-Denis), qui écarte toute référence trop directe à la Révolution mais célèbre la République.

D’autres fêtes annoncent les 14 juillet à venir : le double centenaire de la fête de Voltaire et de Rousseau en 1878 ; la fête républicaine du 14 juillet 1879 initiée par Gambetta, en présence de Louis Blanc et Victor Hugo.

La France ne commémore pas encore le 14 juillet, mais rend hommage à des héros parmi les plus populaires de la Révolution. Pendant ces grandes fêtes, se systématisent les banquets, les toasts civiques, la représentation de Marianne qui seront au cœur du rituel du 14 juillet.

Le 21 mai 1880, Benjamin Raspail dépose une proposition de loi signée par 64 députés, selon laquelle "la République adopte comme jour de fête nationale annuelle le 14 juillet". L’Assemblée vote le texte dans ses séances des 21 mai et 8 juin ; le Sénat l’approuve dans ses séances des 27 et 29 juin 1880 à la majorité de 173 contre 64, après qu’une proposition en faveur du 4 août eut été refusée.

Le 14 juillet 1880 : la consécration du 14 juillet comme fête nationale

La loi est promulguée le 6 juillet 1880. Un défilé militaire est organisé sur l'hippodrome de Longchamp devant 300 000 spectateurs, en présence du président de la République, Jules Grévy. En 1880, à Paris, deux cérémonies importantes dominent la fête.

A commencer par l’inauguration d’un monument, la place de la République, où une statue de bronze représentant une femme drapée d’une toge à l’antique et coiffée d’un bonnet phrygien, incarne la République. Haute de 9 m 50, elle repose sur un piédestal de 15 m 50, sa main droite tend un rameau d'olivier tandis que son bras gauche repose sur les Tables de la Loi sur lesquelles il sera par la suite gravé "Droits de l'homme".

Trois grandes statues de pierre ceignent le piédestal et représentent la Liberté tenant des fers brisés et brandissant un flambeau, l'Egalité tenant le drapeau tricolore et une équerre à niveau, et la Fraternité entourée d'attributs agricoles et d'enfants en train de lire. C’est l’œuvre de deux frères, Léopold Morice (1846-1919) et Charles Morice (1848-1918).

Cette même année a lieu la distribution des nouveaux drapeaux à l’armée, puisque c'est le 14 juillet 1880 qu'est confirmée la fonction du drapeau tricolore comme emblème national. Le président Grévy remet aux régiments qui lui sont présentés des drapeaux bleu-blanc-rouge frangés d'or et frappés du signe "RF".

Pour le reste, le programme officiel inaugure l'essentiel du rituel républicain qui se précisera peu à peu au cours des années 1880. La fête débute par une retraite aux flambeaux le 13 au soir, puis s’enchaînent les manifestations civiles et militaires, les "banquets républicains", les feux d'artifices, les fêtes locales, qui se termineront souvent à l'aube. Les maires de France jouent très vite un rôle central dans l'organisation et le déroulement des cérémonies et des festivités qui s'ensuivent.

Source: www.afp.fr


Archives de nos articles

Fmt@2020 Copyright