Fmt@2020 Copyright

Energie renouvelable: le français Voltalia se renforce au Maroc


L’énergéticien indépendant français Voltalia avance ses pions au Maroc. En effet, ce spécialiste de la production d’électricité à base d’énergies renouvelables vient d’obtenir le statut IPP (producteur indépendant d’électricité) pour son « nouveau » parc éolien à Laâyoune d’une capacité de 75 MW.

Ce jalon important, qui se matérialise par un agrément spécial délivré par le ministère de l’Énergie et des Mines (tel que prévu par la loi 13-09 sur les énergies renouvelables), vient dégager la voie pour ce groupe basé à Paris vers un premier closing financier sur le territoire marocain d’un de ses projets en cours de développement.

Selon des sources proches du dossier, la phase des études techniques devrait être finalisée avant fin 2017, alors que les discussions avec des acheteurs privés d’électricité (dit off-takers) sont déjà bien avancées. Voltalia qui s’est implantée au Maroc en 2015 est, ainsi, déterminée à faire de l’éolien, et plus particulièrement ce site le premier projet parachevé de son portefeuille de projets en cours de développement et qui représente une capacité supérieure à 300 MW dont 158 MW en énergie éolienne, 93 MW en énergie solaire et 54 MW en hydroélectricité.

Ce portefeuille avait été étoffé en 2016 par l’acquisition d’Alterrya Maroc, une société de développement de projets renouvelables au Maroc basée à Rabat dont la maison mère, également française, était entrée en redressement judiciaire, et qui comptait quelques projets en prospection et en développement représentant une capacité potentielle totale de près de 200 MW.

Rappelons que Voltalia qui s’est spécialisée dans les petites et moyennes unités de production avec une stratégie multi-énergies, est présente dans 15 pays dont le Brésil, la France, la Grèce et la Guyane. À fin 2016, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 127 millions d’euros (près de 1,4 milliard de DH) pour une capacité installée de 480 MW et plus de 1500 MW en cours de développement.

Source: www.challenge.ma


  • Instagram
  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn Social Icône
  • YouTube